Contre les injures publiques, pour une vie démocratique digne. Communiqué de presse de la section PCF Vénissieux

, par  Serge Truscello , popularité : 9%

Pour retisser un lien politique et citoyen dans une France fracturée, nous avons besoin de débats francs, honnêtes et respectueux. Le "tous les mêmes" souvent entendu ces dernières années renvoie dos à dos l’ensemble des hommes et femmes politiques, quelle que soit leur parti. L’engagement pris par Michèle Picard et les communistes Vénissians de défendre l’intérêt général en dehors de toute polémique est un point d’appui pour démontrer que l’on peut faire de la politique autrement.

Mais dans la suite de ce qu’ils ont pratiqué lors des campagnes électorales municipales de 2014 et 2015, certains ont poursuivi, notamment au travers des "réseaux sociaux" la tenue ou le partage de propos injurieux notamment envers Michèle Picard. Propos injurieux à connotations sexistes ce qui n’aurait pas été le cas si le maire de Vénissieux n’était pas une femme. Cela en dit long sur la place que ceux-ci accordent aux femmes dans la société. C’est bien parce-que Michèle Picard est la première femme maire de Vénissieux, que le maire de Vénissieux est pour la première fois la cible de telles injures publiques.

Face à la poursuite de ces propos injurieux, Michèle Picard a décidé de porter plainte pour injures publiques contre trois personnes dont un élu de l’opposition Lotfi Ben Khelifa. L’élu de l’opposition a été condamné avec dommages et intérêts. Pour les deux autres, les injures sont bien reconnues par la justice, mais la responsabilité de leurs auteurs qui nient devant le juge, mais en rient devant les leurs, n’a pu être prouvée. Comme le dénonce Michèle Picard, ceux qui se cachent derrière leurs écrans pour injurier n’ont pas le courage de reconnaître publiquement leurs écrits.

Cette décision de justice est une première victoire contre ceux qui pratiquent le mensonge, l’amalgame, la désinformation et qui jouent le jeu du pourrissement de la vie politique pour ne pas avoir à répondre de leur positionnement politique, de leur vote sur tous les sujets qui fragilisent la vie de nos concitoyens, logement, droit du travail, impôt sur la fortune, guerres... Encore une fois, ils cachent derrière leur polémiques et injures leur soutien aux politiques antisociales des gouvernements successifs.

Michèle Picard, la majorité municipale, ont pris un engagement politique clair avec la population de la ville. Malgré les baisses successives de dotation de l’état, nous entendons respecter cet engagement sans nous laisser détourner sur le fond, ni sur la forme, par l’activisme injurieux de certains. Mais nous ne laisserons pas les insulteurs tranquilles. Nous appelons les Vénissians à choisir leurs sources d’informations, à refuser les "fausses nouvelles", les mensonges que colportent les réseaux sociaux, à dénoncer ceux qui portent les injures et les diffamations, à s’engager dans un véritable débat citoyen, pluraliste, républicain.

Nous les appelons notamment à participer à l’élection des délégués de quartier pour une vie démocratique au plus proche des habitants.

Pour la section de Vénissieux du PCF
le secrétaire de section
Serge Truscello

Annonces

Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation