Euro-Métropole : Mercier et Collomb veulent passer en force

, par  Marie-Christine Burricand , popularité : 7%

L’euro-métropole ou les nouvelles féodalités !

Michel Mercier Président du Conseil Général et Gérard Collomb Président du Grand Lyon ont décidé : l’Euro Métropole doit voir le jour pour les municipales 2014. Ce serait la première euro-métropole.

La proposition est validée et encouragée par le premier ministre Jean-Marc Ayrault et la ministre de la décentralisation, Maryse Lebranchu.

Ils devancent la loi sur la décentralisation prévue pour juin 2013 confirmant ainsi que notre département et son agglomération sont un laboratoire de la réorganisation territoriale et du consensus droite/PS quand il s’agit de mettre en œuvre des technostructures qui vont éloigner les citoyens des élus et des véritables décideurs.

D’ailleurs, hormis la partie concernant le conseiller territorial, la réforme des collectivités territoriales du gouvernement Sarkozy n’a pas été abolie. Elle ouvrait la voie à ce type de superstructures. Le Parti socialiste ne semble pas vouloir inverser la tendance.

La ministre Maryse Lebranchu affirme vouloir conserver tous les échelons territoriaux y compris les départements. Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’annonce de Michel Mercier et Gérard Collomb sème le doute sur les intentions véritables du gouvernement Hollande dans ce dossier.

Le département devrait donc d’ici 2014 transférer toutes ses compétences à l’Euro- Métropole.

Quelles conséquences pour les habitants sur des questions aussi essentielles que l’insertion, le handicap, les personnes âgées, les collèges ?
La région cèderait sa compétence économique à la Métropole.
Quid des communes ? Michel Mercier évoque la possible aspiration à terme. Les villes de l’agglomération vont-elles se transformer en arrondissement lyonnais.
Quels réels pouvoirs des élus locaux face à la « mégasuperstructure » annoncée ?

Tout se passe dans la précipitation avec la volonté de mettre la population, les personnels et les élus devant le fait accompli.

Derrière cette réorganisation territoriale, c’est le socle républicain qui est remis en cause car il s’agit de s’aligner sur le modèle de l’Union Européenne pour satisfaire aux contraintes imposées aux collectivités territoriales tout en centralisant les lieux de décision et de pouvoir et en les éloignant des populations.

Dans le cadre de l’Union européenne, nous faisons l’expérience depuis plusieurs années de la mise en concurrence libre et non faussée des entreprises avec son cortège de licenciements et de déserts industriels.

Allons-nous connaître maintenant la mise en concurrence des territoires avec l’euro-métropole ?

Nous n’acceptons pas ce passage en force et nous appelons élus et habitants à résister au tandem Mercier/Collomb.

Nous exigeons un vrai débat sur l’avenir des collectivités territoriales pour permettre aux populations de maitriser tous les enjeux des décisions annoncées et d’avoir dans tous les cas le dernier mot.

Marie-Christine BURRICAND
Conseillère générale de Vénissieux Sud

Christian FALCONNET
Conseiller général de Vénissieux Nord

Annonces

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation