« Évitons toute confusion ! »

, par  Thierry Renard , popularité : 5%

« Vous voudrez bien excuser mes quelques imprécisions ou incertitudes terminologiques. Concédez-moi que la matière n’est pas littéraire ; or, par malheur ou par chance, je suis un littéraire… »

Pier Paolo Pasolini, Écrits corsaires

Je viens d’achever la lecture d’un fort intéressant ouvrage, Cette obscure envie de perdre à gauche, de l’écrivain Jean-Philippe Domecq. Il s’était déjà signalé, naguère, par la publication d’un livre à mes yeux essentiel, Robespierre, derniers temps.

Mais je n’ai pas pris la plume, aujourd’hui, pour une traversée historique de la Révolution française. Si j’ai évoqué le récent ouvrage de Jean-Philippe Domecq, c’est surtout parce qu’il est assez éclairant sur la manière qu’a la gauche, en général, d’être le plus souvent tentée par le désir de perdre. Pour ma part, je préfèrerai toujours gagner.

Michèle Picard, maire de Vénissieux, est membre du Parti communiste français. Et elle a, récemment, dit qu’elle votera pour Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche, au premier tour de l’élection présidentielle.

Michèle Picard est, quant à elle, candidate à la prochaine élection législative dans la quatorzième circonscription du Rhône. Rappelons qu’elle est, aussi, l’actuelle suppléante du député André Gerin et qu’à ce titre elle connaît bien la réalité de notre circonscription et, notamment, ses enjeux et ses défis pour demain. Cela, j’en suis pleinement convaincu, lui donne une certaine légitimité.

Le sénateur communiste Guy Fischer est le président du comité local de soutien à Jean-Luc Mélenchon. Il est, pareillement, le président du comité de soutien à la candidate Michèle Picard dans la quatorzième circonscription du Rhône.

« Je présiderai le comité de soutien car j’estime que c’est une bataille essentielle de garder la quatorzième circonscription. Je suis fondamentalement communiste », vient-il d’ailleurs de réaffirmer.

Jusque là, tout va bien, tout paraît même clair. Et l’ensemble des électeurs de la gauche non socialiste peut, donc, pleinement s’y retrouver. Mais, car il y a un mais, Idir Boumertit, conseiller municipal de Vénissieux (ancien membre du Parti radical de gauche), envisage maintenant de faire cavalier seul pour les législatives et se déclare candidat pour le Parti de gauche.

Dans un contexte de « charcutage » électoral (la situation est connue), la candidature d’Idir Boumertit ne peut être qu’une candidature de division pour affaiblir la gauche non socialiste et pour réduire ainsi les chances de succès de Michèle Picard.

Certains, sans doute bien plus optimistes que moi, ne craignent pas le petit jeu des divisions. Je prétends, de mon côté, qu’elles sont tout bonnement suicidaires.

Je demande donc, en ma pleine qualité de citoyen responsable (responsable de mes pensées, de mes propos et de mes actes !), à Idir Boumertit de retirer sans plus tarder sa candidature et d’appeler à voter pour Michèle Picard.

J’ai déjà cité, en ouverture de ce court texte, quelques mots de Pier Paolo Pasolini, écrivain et cinéaste assassiné en novembre 1975, dans l’Italie des années de plomb. Je voudrais également conclure en le citant : « Alors que du temps de Marx c’était la violence explicite, au grand jour, la conquête coloniale, l’imposition par la force, les moyens sont aujourd’hui plus subtils, habiles et complexes, le processus est beaucoup plus techniquement au point, et profond ».

Monsieur Boumertit, per favore, n’insultez pas plus longtemps notre intelligence, et surtout ressaisissez-vous ! Ne prenez pas le risque de faire perdre votre camp. Ou bien, alors, changez de camp. La politique est une chose sérieuse.

Thierry Renard

(Vénissieux, le 26 février 2012)

Annonces

Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

AgendaTous les événements

septembre 2017 :

Rien pour ce mois

août 2017 | octobre 2017