Francisque, des brigades en Espagne au militant à Vénissieux

, par  pamillet , popularité : 4%

Notre camarade Francisque Paches nous a quitté. Ancien des brigades en espagne, il a connu ensuite la résistance, la déportation, les luttes syndicales et politiques de l’après guerre, la gestion municipale, et toujours, l’action communiste.

Nous remercions mireille, la fille de Luther, son copain de lutte, pour nous permettre de publier le texte lu lors de la cérémonie.

Les communistes de Vénissieux prendront le temps nécessaire pour recueillir les éléments de l’histoire de francisque qui sont indispensables à la mémoire des luttes du XXième siècle et doivent être transmis aux générations qui voient devant elle les risques de guerre et de nouveau fascisme.

FRANCISQUE,

Un époux

Un père

Un grand père

Un arrière grand père

Un ami, un copain, un collègue , un camarade, dont personne ne pourra oublier la gentillesse, la discrétion et la mémoire colossale qui faisait de lui un excellent narrateur, soucieux du détail et de la précision.

Né à Bourges en 1917, il s’installa plus tard à Lyon place Sergent BLANDAN avec ses parents ses frères et sœurs. Sa mère devenue veuve, décide d’aller s’installer en Espagne FRANCISQUE l’accompagne et s’engage à 18 ans dans les Brigades internationales.

Sa soif de rester français, le fait revenir en France ou il part à la seconde guerre mondiale. Il est fait prisonnier durant 5 années en Allemagne et en Pologne. Il est libéré à l’été 1945.

Sa vie professionnelle l’amène chez BERLIET à VENISSIEUX où il rencontre sa moitié Simonne, ils se marient en 1950 et s’installent à la Cité D’urgence à Vénissieux, puis avenue du stade et enfin boulevard AMBROISE CROIZAT.

Renvoyé de chez Berliet pour son engagement syndical il intégrera un peu plus tard ELECTROTUBE SOLESMES devenue Vallourec puis VALEXY avec son ami Luther mon père.

FRANCISQUE et SIMONNE ont eu trois enfants JEAN MARC – SYLVIE – ELISABETH. Ils ont aujourd’hui 7 petits fils – un arrière petit fils et trois arrières petites filles. Tout ce petit monde faisait la fierté et la joie de FRANCISQUE.

Conseiller municipal de 1959 à 1971 avec Louis DUPIC, puis Marcel HOUEL, il participa notamment à la création du jumelage Vénissieux- Oschatz . Ce fut aussi la belle époque, de tous ses copains déjà disparus Marguerite Carlet – Robert Sanlaville , Emile Amadéo, Paul Latta, Georges Mareau , Jean Steenhoute ,Luther Sanchez, André Falcoz, Francois Ruiz et j’en oublie surement , hélas il serait plus simple de faire la liste de ceux qui restent tant ils sont peu nombreux aujourd’hui.

FRANCISQUE était un passionné, un militant qui donnait de son temps comme de sa joie dans bien d’autres domaines, et c’est ainsi qu’il fonda avec son compère Luther les « Amis de la Musique de Vénissieux « dont il ne reste aujourd’hui je crois que la batterie Fanfare.

Il s’engagea aussi pour la défense du logement social à la CNL aux côtés de Renée Colin .

FRANCISQUE formait avec SIMONNE un couple exemplaire, une famille unie et engagée forte des valeurs communistes.

Profondément engagé, militant dans l’âme, il faisait toujours prévaloir l’intérêt général, l’amour de son quartier et sa ville de Vénissieux.

FRANCISQUE tu viens de nous quitter, mais ton image restera durablement vivante en chacun de nous ;

Ce souvenir nous le conserverons précieusement , tant il est vrai que tu nous as accompagnés sur notre chemin à un moment ou un autre de notre existence, tant il est vrai que l’amitié et la fraternité sont un puissant ciment de vie en commun, d’espérances quotidiennes, de grandes joies et de petits bonheurs que nous avons eu le privilège de partager avec toi

Au revoir Francisque.

Annonces

Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation