L’extrême droite, l’intégrisme et l’islam

, par  pamillet , popularité : 10%

Au conseil municipal de Vénissieux du 14 Décembre, l’extrême droite s’est montrée telle qu’elle est : fasciste et politicienne à la fois.

Depuis le changement de maire en juin 2009, le Mussolini local du FN, de Beneddeti, s’est réveillé, en pensant que peut-être le nouveau maire, Michèle Picard, serait plus facile à déstabiliser que l’expérimenté André Gerin. Patatras, dès la première séance de Septembre, il a compris qu’il avait affaire à une dirigeante communiste engagée et qui allait vite construire son autorité politique.

Ce 14 Décembre, il a donc saisi l’occasion de l’annulation du permis de construire de la mosquée turque pour lancer sa campagne électorale des élections régionales.

Insultant l’ancien maire André Gerin, faisant à tout propos l’amalgame entre musulmans et intégrisme, reprenant comme tout ceux qui défendent le droit à la burqa la fable que cette prison de tissu serait un signe religieux, et donc que tous les musulmans seraient des burqas potentielles, il a dans le même temps appelé à la destruction de la mosquée et à l’attaque contre les communistes et la majorité municipale.

Bien sûr, pour l’association qui a signé une convention avec la ville pour la construction de cette mosquée, l’annulation du permis à la demande d’anciens membres est un problème. Mais le fait que le FN fasse de ce dossier son cheval de bataille contre les communistes met finalement au clair le vrai enjeu des projets de construction de mosquée.

Pour les fascistes, la religion est un excellent outil de division du peuple ! Au moment ou tant d’ouvriers, de salariés, de chômeurs, de jeunes, sont confrontés à une crise sociale violente, ou tout pousserait à se serrer les coudes pour résister, le FN pense qu’il a une fenêtre politique pour reprendre à Sarkozy les voix populaires qu’il avait piqué au FN en 2007. Et bien entendu, rien de tel qu’un extrémiste pour servir de repoussoir à un autre extrémiste.

Sur le fonds, le FN est donc ravi de la progression des intégristes musulmans en France. En faisant l’amalgame, cela lui permet d’associer tous les musulmans aux pires déclarations racistes anti-france et anti-républicaines, et donc de justifier en retour les incompréhensions et surtout le racisme anti-musulman, ce qui lui permet de se renforcer. Et d’autres part, entre intégristes, on peut se mettre d’accord sur l’essentiel. Bush et la famille Ben Laden se partage l’actionnariat de leur groupe pétrolier, tout en organisant la guerre des civilisations et la guerre tout court, l’Arabie saoudite étant le principal financeur des mouvements intégristes, tout en étant l’alliée officielle des USA !

Car les fascistes existent dans toutes les cultures et toutes les religions, et ils jouent partout le même rôle, détourner la colère populaire contre les inégalités en montrant du doigt un étranger, le juif, l’arabe ou l’occidental, peu importe, à partir du moment ou ceux qui dirigent les affaires restent dans l’ombre, et continuent à profiter du système. Avez-vous déja entendu un intégriste sunnite dénoncer les grandes familles de la bourgeoisie saoudienne ? un intégriste chiite critiquer les profiteurs des grandes fondations musulmanes qui se sont approprié l’économie iranienne ? Avez-vous déja entendu Le Pen dénoncer le capitalisme, les grands patrons et l’exploitation des salariés ? pas seulement parler des petits, des sans grades, mais dire qui sont les bourgeois et comment ils deviennent des bourgeois ?

Pour Le Pen et de Benedetti, Sarkozy n’en fait pas assez pour expulser les étrangers, réduire les allocations et indemnités des pauvres et des chômeurs, mettre les femmes au foyer et faire travailler plus gagner plus (ce qui se traduit comme on sait, par faire travailler plus pour que eux gagnent plus ! )

Les fascistes veulent ainsi prendre la république en tenaille entre deux intégrismes, et diviser le peuple en s’appuyant sur la religion. Imposer aux musulmans un islam de cave, non reconnu qui est bien sur le terreau des intégrismes, facilitant les discours de victimisation des musulmans, et diviser le monde du travail pour interdire une solidarité vraie, large, orientée vers la résistance au capitalisme, comme par exemple l’impressionnante journée de la solidarité du secours populaire ce samedi 19 décembre au théâtre de Vénissieux.

Cette affaire de l’annulation du permis de construire de la mosquée est donc une bonne occasion pour les communistes, pour les républicains, de mener la bataille pour la république contre tous les intégrismes. Et cela règle une question qui fait débat pour des raisons historiques de la laïcité. Comment faire pour que l’islam prenne une place reconnue dans la république ? pour sortir l’islam des lieux de cultes indignes au pied des tours ?

Bien sûr, cela dépend pour une large part des musulmans eux-mêmes, et l’idéal serait qu’ils s’organisent non pas par communauté d’origine, mais à une échelle locale. Ce n’est pas facile dans un contexte ou Sarkozy a au contraire organisé le CFCM dans les compromis étatiques avec les états d’origines principaux des musulmans. On dit que les imams sont désignés en accord entre le ministère de l’intérieur et les ministères du culte d’Algérie ou du Maroc...

Mais cela dépend aussi de la république, et donc des communes. De ce point de vue, le travail ancien conduit par André Gerin pour faire émerger des projets de mosquée dans la ville est exemplaire malgré les difficultés. Il affirme clairement que ces projets doivent être financés par les musulmans, même si la ville chercher à les faciliter. Il sont décidés en toute transparence et définis dans une convention publique entre la ville, l’état et une association reconnue. Rien n’est simple et l’affaire de l’imam Bouziane montre que les intégristes cherchent toujours à s’infiltrer et prendre la main sur une mosquée. Le projet de grande mosquée plus centrale, portée notamment par une association algérienne n’avance pas vite. Mais bien entendu, la ville ne fera pas à la place des musulmans.

Et dans cet affrontement politique autour de l’islam, il est vital d’être plus nombreux à s’exprimer sans ambigüité.
- Oui, il y a la place dans la république pour la deuxième religion de France. La laïcité n’a jamais eu pour but de réduire ou cacher les religions, mais au contraire d’ouvrir et de préserver l’espace public pour tous, religieux ou non.
- Oui, l’islam peut s’affirmer comme une religion dans la république, confrontée à d’autres religions, et aussi au non religieux, se dégager de l’intégrisme, rejeter des traditions (préislamiques) archaiques, s’affirmer dans l’égalité homme-femme. Aucune religion n’est immuable et éternelle, elles sont toutes des constructions humaines historiques. L’islam des lumières de Ibn Roch n’est pas l’islam conservateur des frères musulmans ! L’expérience de l’alliance Hitler-Al Husseini doit conduire les résistances anticolonialistes des peuples arabes à se tourner vers la poussée anticapitaliste de l’Amérique latine

Si les religions ont une responsabilité propre, les communistes appellent toutes les forces sociales et politiques, quelque soient les croyances de chacun, à défendre avec force la république laïque, donc la place d’un islam de la république.

Le plus efficace étant certainement de travailler à la solidarité la plus large dans la résistance à la grande pauvreté, aux licenciements, à la précarité... ce qu’organise la carte pétition contre la pauvreté lancée par le maire Michèle Picard avec la majorité municipale.

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation