Rhône et Métropole : La secrétaire fédérale en solo ?

, par  pamillet , popularité : 6%

Danielle Lebail avait informé le comité départemental qu’elle recevait la presse, à priori une bonne occasion de faire écho aux discussions des communistes sur les enjeux des municipales dans tout le département. Mais s’il faut croire le journal le Progrès, il semble que la secrétaire fédérale n’avait en tête que les villes qu’elle juge "gagnable" d’Oullins et de Villefranche, où le parti socialiste lui laisserait la tête de liste, et la ville de Lyon, où elle assure "qu’on ne sera pas dans des petits arrangements pour mettre Gérard Collomb dehors ", prenant ainsi clairement la défense du principal responsable politique du PS dans le département.

On ne peut que s’étonner d’un double constat
- contrairement à la discussion du comité départemental, la secrétaire fédérale prend parti dans le débat des communistes lyonnais, pesant ainsi sur le vote prévu à la fin du mois par la section de Lyon. C’est dommage de ne pas avoir annoncé la couleur au comité départemental, qui devrait être l’organe politique dirigeant de la fédération !
- et deuxième constat qui pèse son pesant politique, pas moins de 5 villes avec direction communiste passées à la trappe, dont les deux plus importantes dans lesquelles le PS joue cavalier seul ! C’est pourtant la question politique majeure qui donnera le ton du résultat des municipales.

Dans toute la France, le PS sait qu’il va perdre des villes. La logique habituelle de l’élection locale sanctionnant le parti au pouvoir sera décuplée par la fracture politique que la continuité entre Sarkozy et Hollande sur tant de sujets aggrave. Un peu partout, le PS veut compenser en cherchant à prendre des villes communistes qui restent un des points d’appui essentiel du PCF. Visiblement, dans beaucoup de cas, il semble que le FN ne soit pas l’ennemi prioritaire du PS, au contraire, les triangulaires pouvant lui être souvent favorables...

Dans le Rhône, c’est le cas à Vaulx-en-Velin ou la députée socialiste a clairement annoncer la couleur. elle avait déjà tenté le coup en 2008, sans succès, mais elle est devenue depuis député, avec l’aide du président du conseil régional, J-Jacques Queyranne, autre cacique du PS

A Vénissieux, le PS mène double jeu, la direction départementale assurant de son engagement, mais laissant ses militants engager une bataille de division. Une élus socialiste Vénissiane au Grand Lyon a déjà annoncé être partante sur une liste anti-communiste, avec deux autres élus socialistes municipaux. Les responsables socialistes locaux étaient tous absents à la première rencontre publique de rassemblement pour tenir le cap à gauche organisé par Michèle Picard (rencontre par ailleurs très réussie)

Si ces questions essentielles ont été abordée dans l’interview, il est urgent de publier un communiqué pour protester contre cette manœuvre politicienne du journaliste. Car on pourrait comprendre à le lire que Danielle Lebail apporte son soutien à Collomb sur Lyon, en échange de la tête de liste à Villefranche [1], tout en se désintéressant de la situation à Vaulx et Vénissieux.

D’autant que cet "oubli" de l’objectif de garder toutes nos villes dans un contexte qui est favorable à la droite, rend très artificielle cette annonce de deux villes gagnables, une vraie méthode Coué, puisque qu’en 2008 la gauche réunie n’atteignait pas 30% au premier tour à Villefranche, que le député UMP y était élu en 2012 avec 54,5% et qu’à Oullins, la droite passait les 50% au premier tour en 2008 ! Bien sûr, on mène toutes les batailles pour les gagner, mais quand on ment sur les rapports de forces, on ne permet pas une mobilisation efficace et on génère les plus grandes désillusions chez ceux qu’on a pu mobiliser...

C’est pourtant tout autre chose que le comité départemental avait décidé de porter, en insistant d’abord sur la nécessité de partir du contenu, des projets communaux, des objectifs politiques que les communistes mettent en avant avec les habitants, y compris sur les sujets qui fâchent avec les socialistes, métropole, service public, solidarité, transport, démocratie... des sujets évoqués dans l’article en une courte ligne, l’article portant principalement sur les accords électoraux.

L’article fait même dire que le bilan des maires socialistes de Lyon, Villeurbanne et Bron est aussi le bilan des communistes, sans rien évoquer des divergences qui existent, des batailles que les communistes n’ont pas gagné et qu’ils veulent porter dans le débat de 2014, comme le projet de métro de l"Est Lyonnais, proposé par les communistes de Villeurbanne, et qui pourrait unir les villes de la première couronne Est.

Ce que la direction départementale doit porter dans ses déclarations publiques, dans les médias, dans les rencontres avec ses partenaires, ce devrait être
- des propositions communistes fortes, différenciatrices du consensus gauche droite Grand Lyonnais
- l’exigence de mener d’abord la bataille contre la droite et l’extrême droite, donc contre l’abstention, ce qui suppose de faire écho à la colère populaire contre l’austérité ;donc de se différencier du gouvernement et de ses principaux représentants politiques dans l’agglomération
- le refus de toute négociation politicienne d’échanges entre places, tu me laisses ceci,je te laisse cela.. Mais au contraire l’exigence de vrais débats dans chaque commune sur le projet et le rassemblement.

Tant mieux si la situation Caladoise permet une tête de liste communiste à Villefranche, capitale d’un futur département délaissé où les luttes seront difficiles et auront besoin d’élus communistes, mais cela ne se fera pas au contraire en laissant Collomb tranquille dans la métropole, jouant de divisions entre les communistes pour les affaiblir.

[1en 2008, le premier PCF était en 3eme position sur la liste, et Danielle Lebail pour le Front de Gauche faisait 7,7% aux législatives de 2012

Annonces

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation