Lutte contre la grande pauvreté Exigeons le droit à une vie digne

, par  pamillet , popularité : 5%

Après la commission de lutte contre la grande pauvreté ouverte par les manifestatns de la marche des chomeurs, la ville de Vénissieux lance une carte pétition contre la grande pauvreté, pour une vie digne

voir <article819>

En france, 7 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté,
- 2 millions de travailleurs sont pauvres, 16 000 enfants sont sans domicile fixe,
- 3 millions de personnes sans logement ou mal-logés.
Dans une telle situation, l’Etat doit assumer ses responsabilités de redistribution et de protection et il y a urgence !

Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, interpelle l’Etat à travers une pétition "Exigeons le droit à une vie digne" par un réel accès à des soins de qualité pour tous, un moratoire suspensif de tous les plans de licenciements et une garantie de l’accès au logement.

Elle sera disponible dans de nombreux lieux publics (Hôtel de Ville, mairies annexes, maison de quartier Darnaise, résidences de personnes âgées, centres sociaux et équipements culturels,...), et les forces politiques et syndicales de la ville sont invitées à la relayer.

Centralisées à l’Hôtel de Ville, les cartes seront ensuite adressées collectivement au Préfet de Région fin mars-début avril, période à laquelle prendra fin la trêve hivernale des expulsions.

Les communistes s’engagent pleinement dans cette bataille, car elle est essentielle pour sortir le mouvement social des impasses sur lesquelles il bute depuis des années. Car si les luttes restent toujours partielles, ne deviennent pas la force irrésistible d’un peuple debout qui bouscule tous les pouvoirs, comme l’ont fait les guadeloupéens avec le LKP, c’est qu’il reste profondément divisé dans la dureté des ségrégations organisées par ce capitalisme destructeur. Dans nos quartiers, des retraités pauvres vivent leur situation comme une injustice si forte qu’ils ne voient pas qu’ils sont dans la même situation que ces familles nombreuses immigrées qui restent massivement exclues de l’emploi. Des jeunes sortis de l’école sans formation se vivent comme victimes non comme d’autres, en tant que futurs prolétaires, en tant que travailleurs précaires potentiels exploités par les négriers de l’intérim, mais comme victimes pour leur nom ou leur couleur de peau. Une guerre idéologique se mène pour enfermer chaque groupe dans une identité particulière qui le sépare des autres, musique, violences, religions, justice et injustice, tout est fait pour diviser le peuple

Au coeur de l’exploitation, il y a justement la paupérisation croissante du coeur du monde du travail. Car la pauvreté, la précarité n’est pas à la marge, mais au centre du travail. C’est ce qui fonde l’organisation actuelle du capitalisme, qui organise depuis les 40 plus grandes entreprises françaises, l’externalisation massive du travail pour l’éloigner de toute prise de contrôle possible.

Tant que la pauvreté est vue comme la maladie des autres, de ceux qui ont malheureusement perdu la partie, aucune victoire sociale ne sera possible. Il faut au contraire, mettre au coeur de l’affrontement politique la vie concrète des millions de salariés pauvres, d’ouvriers, d’employés, de techniciens, de retraités, d’agriculteurs.... qui ne peuvent plus joindre les deux bouts, qui sont obligés de limiter les soins, les repas, qui font face à un endettement croissant.

Reprenez donc cette intiative, diffusez cette carte pétition pour appeler notre peuple à se lever pour sa dignité

Voir en ligne : "Exigeons le droit à une vie digne", signez la pétition !

Annonces

Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation