Michèle Picard candidate dans la 14ème circonscription Consultation des communistes du 23 au 29 Janvier

, par  communistes , popularité : 8%

Conférence de presse de la section PCF de Vénissieux avec Michèle Picard et André Gerin.

Intervention de Serge Truscello pour la section de Vénissieux

L’année 2012 s’annonce difficile pour la population.

La crise de la dette, comme elle est appelée à longueur de journée, qui pour nous n’est autre qu’une crise profonde du capitalisme, n’a pas finit d’avoir des conséquences dans la vie de tout les jours.

Les plans d’austérités décidés par les différents gouvernements en Europe, sous la pression ou en accompagnement des décisions du FMI, de l’UE, de la BCE et tout cela sous l’œil malveillant des agences de notations, font payer aux peuples la financiarisation à outrance de l’économie.

La conséquence c’est l’augmentation du chômage, l’augmentation du coût de la vie, l’accès de plus en plus difficile au crédit, tant pour les particuliers que pour les entreprises et particulièrement les plus petites.

Arc bouté sur l’indépendance de la BCE, sur la sauvegarde du triple A, le couple Sarkozy, Merkel, impose au reste des pays de l’UE des politiques de restriction budgétaire, entendant profiter de cette situation pour aller encore plus loin dans leur construction d’une UE qui se ferait au détriment du droit de chaque pays, chaque peuple de décider de sa politique, monétaire, économique et industrielle. C’est notamment la volonté de valider un nouveau traité qui entérinerait une gouvernance économique européenne, qui sanctionnerait les pays qui ne respecteraient pas les critères fixés par cette gouvernance.

Plus que jamais, peut être, il est possible de mesurer comment des décisions prises à des niveaux de plus en plus éloignés des peuples, de plus en plus éloigné du contrôle démocratique de chaque pays, peuvent avoir des conséquences importantes sur la vie au quotidien.

En ce qui nous concerne cette période électorale doit aborder ces questions là. Redonner aux peuples une véritable possibilité de décider, un véritable choix politique, une véritable possibilité d’alternative et pas simplement une alternance entre une droite qui n’a de cesse d’empiéter sur le territoire du FN pour tenter de se maintenir au pouvoir et un PS, qui sur les questions de la dette, de l’UE, des politiques d’austérités est empêtré dans son allégeance à l’UE, aux marchés, au traité de Lisbonne.

Nous pensons qu’il faut poser la question de la construction européenne, de l’euro, non comme un aboutissement, mais comme un choix politique dont nous avons la possibilité de sortir pour retrouver une autonomie politique, monétaire, économique, industrielle qui nous échappe actuellement.

Avec d’autres questions, comme l’emploi, le logement, la santé, l’éducation, la lutte contre la pauvreté, nous entendons tout au long de la campagne qui s’ouvre porter cette question d’une véritable alternative et ne pas considérer comme tabou un retrait des traités de Maastricht et de Lisbonne, une dénonciation de l’Euro.

Sur notre circonscription après la décision d’André Gerin de ne pas se présenter aux prochaines élections législatives, nous avons fait la proposition à Michèle Picard d’être la candidate du Parti Communiste.

Maire de la ville, suppléante d’André Gerin, militante depuis de nombreuses années du PCF, elle nous paraissait la plus à même d’être une candidate de à la fois de continuation de l’action menée, mais aussi de renouvellement.

Elle nous a fait savoir en ce début d’année qu’elle acceptait cette proposition. Proposition que nous avons débattue avec l’ensemble des sections concernées de la circonscription, St Fons, Corbas, StPriest et pour laquelle nous avons leur accord et qui est soutenue par la fédération du Rhône.

En ce qui concerne le ou la suppléant(e) nous avons là encore un accord pour que ce soit quelqu’un de St Priest.

Ces candidatures seront soumises aux votes des communistes dans le courant du mois de janvier de façon à être validées.

Intervention de Michèle Picard

En décembre dernier, le secrétaire de section du Parti communiste m’a proposé d’être candidate pour l’élection législative sur la 14ème circonscription.

J’ai souhaité prendre le temps de la réflexion. Et, pendant cette période, les soutiens et les encouragements que j’ai reçus ont été aussi un élément de ma prise de décision positive.

Depuis deux législatures, nous formons, avec André Gerin, un duo actif sur la 14ème circonscription du Rhône. Pendant dix ans, nous avons porté les combats en faveur de l’emploi, de la santé, de l’éducation, pour la dignité des personnes.

Quotidiennement, nous sommes avec les salariés en lutte – je pense notamment aux salariés de Ciba Hunstsman, de Bluestar silicones, d’Arkéma, de St Jean d’Industrie, de la Raffinerie de Feyzin, et depuis un an et demi avec les salariés de Véninov – pour le maintien de l’entreprise et des emplois.

Nous avons toujours été aux côtés de la population en proie à de grandes difficultés. En qualité de députée suppléante, j’ai rencontré toutes ces années nombre de résidents sur toute la circonscription.

Sur les bancs de l’Assemblée nationale, André Gerin a été la voix des travailleurs, de tous ceux qui menaient la lutte contre les inégalités. Il a relayé les combats au niveau national, comme pour le maintien de l’industrie chimique sur la circonscription, contre les délocalisations et pour la ré industrialisation de la France.

Dés le départ, je me suis investie sur le terrain pour défendre les valeurs communistes, pour refuser cette société où les riches sont toujours plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres, pour que chacun ait le droit de vivre dignement.

Pendant une dizaine d’années, j’ai occupé les fonctions de secrétaire de la section de St Fons du Parti communiste français, section qui rayonnait sur plusieurs communes de la circonscription.

J’ai acquis, tout au long de ces années, une connaissance et une expérience du territoire et de ses habitants.

Avec le député, André Gerin, nous pouvons être fiers du bilan de ces mandatures. Je pense notamment
- au projet de loi tendant à abolir les coupures d’eau, l’électricité et de gaz et qui visait à mettre en place un dispositif de solidarité énergie-eau en 2007.
- à la proposition de loi visant à introduire le principe des interventions des salariés et de leurs élus dans la gestion des entreprises en 2009 et au projet de loi contre les délocalisations en 2009
- aux propositions de lois relatives au référendum d’initiative populaire en 1999 et 2002.

Aujourd’hui, dans le contexte de crise actuelle, de politique de la terre brûlée de Sarkozy, avec des inégalités de plus en plus criantes et une pauvreté grandissante, la population, les travailleurs ont besoin de députés communistes qui luttent contre les injustices et les inégalités, qui les représentent et les défendent à l’Assemblée nationale.

Ces dernières années, nous assistons à une attaque sans précédent contre les services publics et à une remise en cause des missions régaliennes de l’Etat, ce qui renforce les inégalités sociales et territoriales. L’Education nationale est particulièrement dans le viseur du gouvernement avec un démantèlement du service public d’éducation qui porte de graves préjudices à notre jeunesse et compromet gravement leur avenir. Aujourd’hui, nous constatons un retour au déterminisme social.

La situation des jeunes, des familles monoparentales, des femmes notamment, devient de plus en plus insupportable. Je comprends la détresse et la colère qui montent dans le pays. Le peuple ne doit, pour autant, se résigner. L’abstention, dans laquelle certains se réfugient n’est pas une solution. Je considère qu’il faut toujours faire entendre sa voix, qu’elle soit de contestation, de colère ou bien même d’approbation. Voter est un acte citoyen de réappropriation de l’espace public. L’alternative à cette politique de la terre brûlée, c’est un changement de société prôné et porté par les candidats communistes. Le vote contestataire que certains veulent exprimer au travers du Front National représente avec l’abstention un autre grand danger pour notre démocratie. Le Front national est un parti d’extrême droite. Ne nous y trompons pas. Il a marqué un tournant en abordant et en s’emparant de vraies difficultés des gens, mais n’y apporte que des solutions conservatrices, réactionnaires et de régression.

En ma qualité de Maire, j’affronte chaque jour les problèmes et les difficultés pour que la 3ème ville du département soit reconnue et ses habitants respectés. Les villes sont les premiers réceptacles de la souffrance des populations, j’aborde toutes les questions sans tabou, en transparence, les mains dans le cambouis, même si ce n’est pas toujours confortable.

Ces dernières semaines, des habitants, des communistes m’ont témoigné des encouragements pour porter les combats au niveau national. Ces rencontres ont aussi pesé dans ma décision.

Dans la continuité de mes engagements et de mes combats pour la justice et la dignité des personnes, j’ai décidé de me porter candidate à la candidature des communistes.

Les questions de la crise et de la dette seront au cœur des débats dans cette élection. Les communistes ont des propositions qui tranchent dans le débat ambiant.

Je veux porter les questions de la lutte contre les inégalités qui explosent aujourd’hui.

Je veux me battre pour la ré-industrialisation de la France et la défense de nos savoir-faire.

Comme je le fais en tant que Maire, avec ma personnalité et ma façon de faire, je veux poursuivre les combats politiques que nous avons portés avec André Gerin.

Je veux porter la voix des habitants de la circonscription et redonner toute sa place à l’humain.

Michèle PICARD

Annonces

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

  • Blein amnésique...

    Dans son matériel de campagne, le député ex-socialiste Yves Blein est amnésique... Habituellement, (...)

  • Insoumis il y a un siècle...

    La chanson "les conscrits insoumis", avant la première guerre mondiale, qui vit, après, l’horreur (...)

  • Blein avec Macron ?

    La vie politique et son cortège de petites déclarations, de grands mots, d’affaires et de (...)

Navigation