NON au travail du dimanche tract distribué à Carrefour Dimanche 12 Décembre

, par  pamillet , popularité : 6%

Le patronat de la grande distribution est sur le point de gagner l’énième bataille dans la guerre sociale qu’il mène contre ses salariés…

Le secteur de la grande distribution est le premier producteur de travailleurs pauvres dans le pays !
C’est insupportable face aux résultats et profits qu’engendrent les grands groupes de distribution.

CARREFOUR applique scrupuleusement cette stratégie de casse et d’appauvrissement de ses salariés :
Salaires inférieurs au SMIC, diminution des primes, suppression massive de postes, mauvaises conditions de travail …etc.

Depuis plusieurs années, les géants de la grande distribution « appâtent » leurs salariés smicards en proposant des majorations de salaire « alléchantes » pour venir travailler le dimanche « sur la base du volontariat » comme ils disent…

Quand on est payé au smic ou en dessous, gagner quelques euros supplémentaires n’est pas négligeable.
Quand on est en CDD et que la précarité est quotidienne, c’est l’espoir de décrocher un emploi même si ce n’est qu’une illusion.

Dans ces conditions, est-ce vraiment un choix ?

En réalité, c’est une technique de « management » afin de maintenir la pression sur les salariés. En effet, le travail du dimanche peut récompenser, sanctionner et parfois même servir de chantage pour les futurs congés….
C’est aussi une technique de division, de culpabilisation des salariés.

Dernièrement Carrefour a été condamné pour non respect du SMIC…..

Les grands patrons du commerce soutenus par le MEDEF et le gouvernement de Sarkozy veulent banaliser et généraliser le travail du dimanche.
Si le travail du dimanche devient « habituel »….il n’y aura plus de majoration.

L’objectif du gouvernement est toujours le même : contenter le MEDEF, les grands patrons et les gros actionnaires.

Bernard Arnault, PDG du groupe luxe LVMH, contrôle Blue Capital un des plus gros actionnaires de Carrefour, et c’est la deuxième plus grande fortune de France.

Faire travailler les salariés de plus en plus, pour que les actionnaires gagnent plus, c’est leur devise !

Carrefour pour attirer encore un peu plus les foules dans ses magasins le dimanche émet des bons de réduction de 10€ uniquement valables ce jour-là.

La relance de la consommation est directement liée à la hausse du pouvoir d’achat donc des salaires. Exigeons un salaire décent qui correspond au besoin des salariés et des consommateurs.

La modernité c’est la revalorisation des salaires, le travail le dimanche est une régression !

Le danger est de déréglementer davantage la vie sociale, de fragiliser davantage les liens familiaux. Une société a besoin de temps de repos commun, de moment de rencontre collectif.

Qui travaillera le dimanche dans les magasins, sinon une majorité écrasante de femmes et de jeunes précaires à bas salaires ! Qui « fera ses courses », sinon les autres ?

Ce ne sont pas les 7 millions de travailleurs pauvres qui achèteront, mais une partie d’entre eux, sûrement, qui seront obligés de travailler ce jour-là.

Envisager la consommation comme un loisir est une dérive de la société de consommation.

Ne soyons pas dupes la généralisation du travail du dimanche dans le commerce touchera en fait de nombreux autres secteurs. C’est la porte ouverte à d’autres projets de déréglementation du code du travail.

Nous sommes tous concernés.

Le consommateur du dimanche risque d’être demain le salarié qui travaille le dimanche !

Annonces

Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation