Ne pas rajouter de la misère à la misère

, par  pamillet , popularité : 9%

Les communistes de Vénissieux s’engagent dans cette bataille dont l’objectif est simple mais oblige à poser des questions fondamentales sur le rôle de l’Union Européenne qui décide aujourd’hui de la vie ou la survie de millions de personnes, sur le rôle de la monnaie qui est devenue une arme à la fois contre les plus pauvres et contre tout le monde du travail...

Cette carte-pétition met en exergue sur un point précis l’urgence d’une intervention populaire forte pour dire STOP.

Cette revendication de revenir sur la réduction du budget du PEAD peut rassembler la grande majorité des Français et forcer l’Union Européenne à faire un pas en arrière...

Déclaration de Michèle Picard

Le programme d’aide aux plus démunis (PEAD), programme de distribution gratuite de nourriture aux personnes les plus pauvres, verra son budget diminuer de 75% en 2012, sera même supprimé totalement en 2013. Remettre en question ce dispositif revient à priver 13 millions d’habitants de l’union européenne d’une aide alimentaire vitale. Pour la France, le budget alloué passerait de 72 à 15,8 millions d’euros, une catastrophe annoncée pour les 3,5 millions de bénéficiaires. A une époque où la France compte de plus en plus de pauvreté (8,2 millions de personnes sous le seuil de pauvreté en 2009), cette annonce va encore amplifier la détresse des familles et les difficultés des associations. Devons-nous indéfiniment accepter que les ardoises du capitalisme financier, de la spéculation et de la finance soient réglées sur le dos des populations, de l’emploi et du pouvoir d’achat.

La lutte contre la grande pauvreté est, pour la majorité municipale, une priorité du mandat communal 2008/2014, avec notamment la création de la commission de lutte contre la grande pauvreté, le 19 novembre 2008.

Michèle Picard et l’ensemble du conseil municipal ont décidé d’interpeller l’État français et l’Union européenne sur la situation dramatique de millions d’Européens, en adoptant une motion à cet effet lors de la séance du 7 novembre dernier.

Une campagne – pétition « Ne pas rajouter de la misère à la misère » a été lancée à cette occasion afin de relayer et de soutenir le cri d’alarme des associations humanitaires et d’exiger du gouvernement français qu’il intervienne pour l’abrogation de cette décision.

Cette carte-pétition sera disponible dans tous les lieux publics de la ville et pourra être déposée après signature dans les urnes réservées à cet effet ou renvoyée à l’Hôtel de Ville de Vénissieux (5, avenue Marcel-Houël).

Annonces

Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation