Quelle légitimité pour ce congrès d’étape ? point de vue de la section de Vénissieux

, par  Truscello Serge , popularité : 6%

Nous l’avons dit lors du lancement du congrès d’étape par la direction nationale, la période, le temps laissé à sa préparation ne favorise pas l’appropriation par les communistes de son contenu.

Pourtant ce congrès a un ordre du jour qui interpelle fortement l’avenir du PCF.

Changer de secrétaire national ce n’est pas anodin. Evaluer les décisions du dernier congrès, comme réfléchir à la transformation du parti, ou encore ouvrir une réflexion sur les échéances électorales à venir, cela n’est pas anodin non plus.

En l’état actuel la désignation du nouveau secrétaire national, au lieu d’être porté par un vrai débat dans le parti, avec l’ensemble des communistes, se fera dans l’indifférence. Au lieu d’être un moment important pour la vie de notre parti cela risque fort d’être un non événement.

Quant aux deux plateformes proposées au débat des communistes, ce ne sont pas des textes soumis à amendement et vote. En fait pour la direction il est hors de question de remettre en cause la stratégie décidée lors du congrès de décembre 2008. Stratégie qui avait été rejetée par plus de 40% des communistes lors du vote sur les textes.

Il s’agit pour elle de valider la démarche du Front de Gauche, à partir des élections européennes et régionales, qu’elle considère comme ayant créé une dynamique. Alors que nous avons perdu la moitié de nos élus et que la « dynamique » n’a aucunement permis une mobilisation des habitants des quartiers populaires, des salariés, des jeunes. Les taux d’abstentions sont là pour le confirmer.

Contrainte par l’assemblée des délégués de sections de décembre 2007 à garder le PCF, y compris sous sa forme parti, la direction nationale veut en faire un outil servant à la mise en œuvre de politiques, de stratégies décidée dans le cadre du Front de Gauche, ou de tout autre forme de collectif ou de rassemblement.

C’est le sens des plateformes proposées au débat.

La situation politique, sociale, économique que nous vivons, ses conséquences pour les peuples exigent de remettre en cause nos choix passés et actuels. Exigent que nous sortions du tête à tête avec les autres forces politiques, du jeu politicien des institutions.

Le capitalisme démontre plus que jamais sa nocivité, sa volonté de ne pas répondre aux aspirations et aux besoins des peuples. Vouloir le dépasser ne veut rien dire. C’est à une autre société que nous devons travailler, une société en rupture avec les politiques et les institutions actuelles.

Et en premier lieu l’Union Européenne dont la construction fondamentalement capitaliste (c’est sa raison d’être) ne peut être amendée pour aller vers une « Europe sociale ».
Pour permettre aux peuples d’intervenir, de décider, lui redonner sa souveraineté, il faut replacer la nation comme échelon principal des décisions politiques, économiques et sociales.

Ce congrès d’étape permettra-t-il d’aborder réellement ces questions autrement qu’à la marge ? Au regard du contenu des plateformes proposées nous ne pouvons qu’en douter.

Lors de différentes réunions de communistes sur la ville la question de notre positionnement par rapport à ce congrès, son contenu a été abordé.

Nous considérons que la préparation de ce congrès d’étape est précipitée, qu’il n’est pas statutaire. Il n’y a pas de texte à amender, pas de vote des communistes à organiser. Seul seraient pris en compte les motions, les relevés de décisions des différentes sections et fédérations pour finaliser un texte qui sera soumis au vote des participants au congrès.
Dans ces conditions nous avons décidé de participer à l’élaboration d’une motion collective qui, sur les bases du texte « Faire vivre et renforcer le PCF » entend favoriser le prolongement et l’élargissement de l’action et de la réflexion politique à laquelle nous participons avec d’autres en France. En tenant compte notamment que les conditions de préparation de ce congrès ne permettent pas une expression massive de communistes ils nous paraissaient important de continuer à affirmer notre volonté que le PCF change d’orientation.

D’autres ont fait le choix d’un texte alternatif, sans nous en faire partager ni la démarche, ni le contenu. Au même titre que les plateformes ce texte ne sera pas soumis au vote des communistes. Seuls les participants au congrès pourront, sans doute, se prononcer.
Cela pose de nouveau la question du statut de ce congrès d’étape et de la légitimité des décisions qui y seront prises.

Comme lors des précédents congrès, notre volonté est de travailler au rassemblement des communistes sur des bases, un contenu, qui leurs permettent d’être armés pour faire face, avec la population, aux attaques du patronat, de la droite, construire une autre société.

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation