Rapport introductif à l’assemblée de communistes du 11avril et relevé de décisions

, par  Marie-Christine Burricand , popularité : 3%

Ce rapport collectif fait suite à une rencontre de travail entre le maire, le groupe des élus communistes et le collectif de direction de la section.

L’assemblée de ce soir a pour objectif de planter le cadre des élections municipales de 2014 et de nous placer à l’offensive pour cette bataille.

Bien sur, nous voulons gagner et conserver l’atout que représente une ville à direction communiste. Au delà, nous voulons conforter le PCF, les élus communistes et le Maire sur la ville.

Nous voulons aussi une bataille utile dans la situation nationale, utile pour faire grandir la résistance à l’austérité, des propositions pour une politique populaire et sociale, porteuse de démocratie et de justice, de progrès et d’égalité.

Nous ne savons où en sera la situation nationale en 2014, mais nous savons déjà qu’elle comptera dans le scrutin.

Où est passé l’élan qui permettait de battre Nicolas Sarkozy, il y a à peine un an ? Il s’est heurté au mur d’un gouvernement qui ne tient pas ses promesses et met en oeuvre une politique favorable au capital, soumise aux critère de la commission européenne.

"On n’attendait pas grand chose, mais ils ne l’ont même pas fait. Par contre, ils font le pire..." Voilà ce qu’on entend aujourd’hui sur les marchés !

Cela fait très mal:ponctions sur les retraites, généralisation de la précarité avec l’ANI, projet de réforme des institutions dépeçant au travers de supers régions et euro métropoles le territoire national avec à terme des risques certains quant à l’existence de la nation et des communes.

Quel avenir pour les collectivités avec les 4,5 milliards de dotations en moins d’ici 2015 ? Quels dégâts pour les populations ?

Quant à l’emploi, le chômage bat tous ses records et il suffit de regarder autour de nous pour voir comment cela fait mal.

Bosch : depuis l’accord sur la réduction du temps de travail, les salariés boivent le vin jusqu’à la lie.

Véninov : l’inquiétude se confirme quant aux intentions de Windhager avec la non reprise des délégués syndicaux
Et puis Arkéma et Klech, Aulnay, Prestallis...

Au travers de ces dossiers, comme de celui de Florange, au travers du refus de toute nationalisation même provisoire, les salariés perçoivent que l’Etat ne les protège pas et livre le pays au patronat et aux marchés.

Tout cela fait très mal et l’affaire Cahuzac, un ministre du budget ripoux qui place 15 milliards d’euros en Suisse tout en demandant au peuple de se serrer la ceinture, en rajoute dans le climat d’écoeurement et de rejet des politiques. On ne peut s’empêcher de penser, pour les pauvres l’euro et la banque centrale, pour les riches les banques et le franc suisse.

Au delà, beaucoup s’interrogent : comment le PS qui se prétend de gauche peut il porter au pouvoir de tel personnage alors que son parcours aurait du conduire à plus de prudence ?

Chacun sent que le pourissement politique grandit et qu’il peut conduire au pire.

Dans ce contexte, l’appel à manifester le 5 à Paris, avancé par Mélenchon sur un contenu discutable et repris par le PCF sur un contenu différent mais qui reste en dessous des exigences de la situation, a au moins le mérite d’exister.

Où en sera le pays en mars 2014 ? Nous n’en savons rien mais nous devons prendre en compte ce contexte national qui peut conduire à l’abstention , au vote FN, mais aussi vers nous si nous tenons notre place.

Car si nous mesurons les risques de la situation, nous devons aussi mesurer les possibles et aborder ces municipales avec confiance en nous libérant de la pression entretenue par nos adversaires et certains de nos partenaires depuis les dernières législatives.

Confiance d’abord parce que notre bilan est bon et même très bon dans la ville du point de vue du développement, de la réponse aux besoins des habitants, de la qualité de la vie.

Confiance aussi parce que MIchèle Picard, devenue Maire en 2009, fait sa place avec un travail de proximité très important.

Confiance enfin parce que nos initiatives rassemblent (débat entreprises, paëlla Véninov,manif expulsions) et parfois au-delà de ce que nous prévoyons.

Je vous renvoie au rapport présenté par Henri Thiviller à la conférence de section et à l’enquête réalisée fin 2012 par l’IPSOS qui indiquait que 76% des habitants sondés étaient satisfaits ou plutôt satisfaits de vivre à Vénissieux.

Il faut mettre en valeur le travail de l’équipe municipale pour répondre aux besoins des habitants dans les conditions difficiles de rigueur budgétaire et de désengagement de l’Etat.

Oui, nous pouvons être fiers de notre bataille pour permettre un "parcours" du logement pour les familles populaires et maintenir le logement social, pour obtenir le T4, pour permettre l’accès à tous à la culture et aux sports, de nos efforts pour les groupes scolaires.

Oui, nous sommes fiers de permettre à plusieurs centaines de gamins de manger des repas équilibrés tous les jours avec les tarifs les plus bas de l’agglo pour les faibles revenus.

Oui, nous sommes fiers de nos fleurs, de nos espaces verts, des efforts faits pour la propreté et le cadre de vie, de nous battre pour ne pas laisser les habitants seuls face à la hausse du gaz et du pétrole, même si ce n’est pas facile.

Vénissieux change, c’est une belle ville où on peut vivre bien, cela se dit et se voit.

Et nous sommes fiers aussi de faire vivre une ville engagée avec la bataille contre les expulsions, le soutien au Véninov, la reconaissance du 17 octobre, notre engagement pour la paix et la solidarité dans le monde.

Et nous n’avons jamais reculé sur des idées aussi essentielles que la nécessité des services publics au plus près des habitants, y compris dans les quartiers réputés difficiles.

Et même quand on s’en prend plein la tête, même quand on souhaiterait un peu plus de participation, nous avons maintenu le cap de la démocratie participative avec les conseils de quartiers.

Je pourrai citer bien d’autres exemples, mais tout cela nous permet de dire que dans la tourmente sociale et politique qui s’amplifie, Vénissieux tient bon avec des élus, un maire, des forces politiques et associatives, des femmes et des hommes qui ne baissent pas les bras, ne reculent pas sur leurs valeurs et leurs engagements et continuent de construire l’avenir.

Car nous voulons continuer à développer la ville pour ses habitants et cela va se décliner autour de projet dont je cite là-aussi quelques exemples : une nouvelle cuisine centrale pour que le sevice public de restauration scolaire réponde toujours mieux aux besoins des familles, la construction du groupe scolaire du centre, la Maison de la Mémoire, la reconstruction d’un quartier à taille humaine à Vénissy et de nouveaux logement sociaux locatifs et ’d’accession populaire à la propriété.

Nous savons bien que des problèmes existent , que ce que nous faisons ne suffit pas toujours face aux dégâts de la crise. Je vous renvoie là encore au dernier sondage d’octobre 2012.

Et il nous faudra bien sur dans le contrat communal aborder ces questions parce que nous voulons faire le mieux possible pour la ville et ses habitants et que nous ne nous défilons pas.

Nous voulons aussi parler de l’agglomération et de notre conception de l’intercommunalité. Une intercommunalité de villes libres de leurs choix pour construire des coopérations utiles aux habitants, des villes disposant de compétences et de moyens, des communes échelon de base de la démocratie, de la république et de la souveraineté populaire.

C’est pour cela que nous ne voulons pas d’une euro-métropole" grand duché", clivant l’urbain et le rural, s’inscrivant dans la compétitivité des territoires, l’affaiblissement des communes et la casse de la nation.

Je cois qu’il est temps, après ce qui s’est passé en Alsace, d’exiger sur un tels sujet un référendum.

Mettons nous à l’offensive, y compris sur la constitution de la liste. Nous sommes très sollicités ce qui est bon signe.

Nous voulons une liste de toutes les forces de gauche autour d’un contrat communal ambitieux et rassembleur, une liste construite avec ceux qui font la ville, la solidarité, le vivre ensemble, la cohésion, une liste avec ceux qui se bagarrent dans les services publics et les entreprises ! Des femmes et des hommes identifiés dans les quartiers et les entreprises, à l’image de la ville et de la France d’aujourd’hui.

Je m’arrête un moment sur l’attitude du PS dans la ville qui, sous la houlette d’Yves Blein, fait preuve de beaucoup d’arrogance. Une fois ils promettent une liste séparée, une autre fois ils demandent le rééquilibrage...

Mais sont-ils tellement en situation de nous parler de haut quand la côte de popularité du gouvernement s’effondre et que le risque est grand pour la gauche de perdre des villes dirigées par le PS ? Cf : Corbas, Saint Priest, Saint -fons...

Peut-on vraiment penser qu’un affichage de type "rééquilibrage au profit du PS" serait de nature aujourd’hui à nous faire gagner à Vénissieux ?

La question essentielle pour 2014, ce n’est pas le rééquilibrage au profit du PS mais l’engagement déterminé pour une liste de large rassemblement et un projet ambitieux anti-austérité pour l’avenir de la ville.

Nous faisons donc un certain nombre de propositions de travail :

Une rencontre publique sur l’Acte 3 de la décentralisation et l’euro-métropole le 5 juin, salle Rivat à 18h.

Une sorte de pré-campagne pour lancer la construction du contrat communal avec 4 rencontres dans la ville autour de l’emploi, l’urbanisme, le logement et le stationnement, la solidarité et les services publics, le cadre de vie, la culture et les sports. Une première rencontre aurait lieu le 19 juin à Parilly.

Ces deux initiatives correspondraient chacune à la sortie d’un Vénissian.

André Gerin, en lien avec Guy Fischer, prendrait en charge le comité de soutien.

Nous rencontrerons le PS le 18 avril et l’objectif est de rencontrer au moins une fois nos partenaires potentiels d’ici l’été.

Enfin, à partir de septembre, Serge Truscello, secrétaire de section rencontrera chaque camarade élu pour faire le point.

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation