l’exclusion commence par le licenciement et finit par l’expulsion !

, par  pamillet , popularité : 6%

En quelques jours, un raccourci de ce qui mine notre société, et que les communistes de Vénissieux, avec toutes les forces sociales qui le veulent, tentent de dénoncer en résistant aux licenciements et aux expulsions...


Car tout vient de l’emploi ! Notre pays est malade d’un chomage organisé depuis des décennies par le sous-investissement industriel, la mise en concurrence exacerbée des travailleurs qui conduit à accepter des conditions, une durée réelle et une intensité de travail souvent beaucoup plus dure qu’il y a 30 ans, une politique économique tournée vers la défense des rentes et dividendes en sacrifiant les salaires et l’emploi. Et les exemples se répètent à Vénissieux
- la fonderie ex Duranton sacrifiée par un patron voyou au patrimoine lyonnais de grand luxe, ami de Sarkozy qui lui a donné d’autres fonderies à sauver le temps d’une élection pour la dépecer ensuite
- l’usine ex AREVA Transformateurs que le groupe avait rayé de la carte et que les salariés ont sauvés avec une reprise réussie
- l’usine BOSCH de nouveau délaissée par ce grand groupe allemand qui continue à investir massivement en Europe de l’Est mais est incapable de proposer une production au site de Vénissieux, et dont on peut se demander si le photovoltaique n’était pas une manière de faire accepter la fin de l’activité d’usinage historique du site
- le site VENINOV dont les salariés mènent une lutte exemplaire depuis 2 Ans, ayant réussi à déjouter un fonds de pension US ce dont a profité un industriel autrichien qui ne tient malheureusement pas ses promesses de repreneur et tente de mettre hors-jeu les 5 délégués CGT

C’est justement pour les 20 Salariés de VENINOV toujours en lutte et qui devait être repris d’abord à mi-temps dans la dernière proposition de Windhager, et qui attendent toujours un protocole d’accord, sachant que la dialogue est bien difficile avec ce patron qui refuse l’accès à l’usine aux salariés
discours devant l’usine fermée, oû prenait la parole le maire, l’ancien député, le sénateur communistes après les responsables syndicaux de l’usine et de l’Union Locale

Les VENINOV passeront de nouveau au tribunal ce 15 Mai et on verra si le patron a proposé enfin un protocole d’accord acceptable pour toutes les parties.

On en retrouvait beaucoup dans la manifestation de mars contre les expulsions et ce 15 Avril devant le tribunal administratif ou le maire Michèle Picard défendait ses arrêtés anti-expulsions et anti-coupures.

Ils étaient aussi présents ce 30 Avril devant la médiathèque pour un rassemblement de colère et d’indignation devant ce drame des expulsions que le maire dénonce au tribunal, pour l’instant sans succès, mais dont la vie terrible vient de faire la démonstration avec le suicide d’une femme de 71 ans qui refusait de quitter son logement.

C’est ce lien étroit entre la défense de l’emploi et la défense du droit au logement qui se dessine de plus en plus à Vénissieux et qui est une bonne chose pour affirmer un droit et non pas une assistance.

Oui, comme le disait la banderole et le slogan de ces rassemblements,

1 toit, 1 emploi, c’est un droit !

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation