Une nouvelle fois, l’abstention interpelle les partis politiques. Intervention de Michèle Picard, maire de Vénissieux

, par  pamillet , popularité : 7%

Une nouvelle fois, l’abstention bat des records.

Une nouvelle fois, l’abstention interpelle les partis politiques.

Une nouvelle fois, l’abstention occupe le devant de la scène et il nous faut tirer fort et vite la sonnette d’alarme. C’est un péril pour l’expression démocratique dans notre pays ! C’est un péril pour notre République !

Au niveau national, plus d’un inscrit sur deux ne s’est pas déplacé dans les bureaux de vote ! C’est trop, c’est beaucoup trop et cela témoigne d’une cassure profonde entre la politique et les citoyens, d’une forme de résignation aussi très inquiétante.

Il va falloir trouver des réponses adaptées à ce mal profond. Il faut remettre le citoyen au centre des décisions, au centre de la chose publique, lui redonner l’espoir de faire bouger les choses, lui redonner le sentiment d’être utile à la vie de son quartier, à la vie de son pays. Et ce n’est pas avec la réforme des collectivités territoriales que l’on y parviendra, bien au contraire !

L’éloignement des centres de pouvoir, que ce soit Bruxelles ou bientôt les Métropoles et supra –régions, féodalités intouchables, suscite l’écœurement et le désarroi de nos concitoyens.

Plus de proximité avec les Français, plus de respect aussi de leurs paroles, plus d’écoutes et de réponses à leurs difficultés de tous les jours, plus d’implication dans nos villes : des solutions existent, des pistes sont à explorer, à inventer.

Car ce soir, la pratique du pouvoir, quasi monarchique, et les institutions de la 5ème République sont à bout de souffle. Chaque scrutin le prouve ! Il y a urgence !

Ma deuxième réaction, elle est simple. Dans toutes les régions, il faut battre la droite de Sarkozy et l’extrême droite, qui est toujours là avec son programme réactionnaire, fascisant et ses discours de haine et de repli. Là aussi il y a urgence. Dimanche prochain, il faudra transformer les résultats du 1er tour en vote sanction, en camouflet radical et sans rémission pour le trio Sarkozy-Fillon-Parisot.

La mobilisation pour le 2ème tour doit aussi devenir l’étincelle, la rampe de lancement d’un grand 3ème tour social, d’un vaste mouvement populaire pour sortir de ces années de plomb, de ces années de dividendes, de ces années de pure spéculation sur le dos des hommes et des femmes.

Le printemps 2010 va avoir besoin d’une gauche forte, sociale et frontale, une gauche fière de ses racines et proche des classes populaires.

Pour redonner aux Français des protections sociales, pour redonner aux jeunes des raisons d’espérer, pour sortir les plus fragiles de la résignation et du désarroi, pour défendre nos acquis fondamentaux, ceux du CNR et de l’après-guerre, des retraites par répartition et des services publics forts, éléments fondateurs et fédérateurs de notre identité nationale, charpente de notre avenir.

Les résultats de ce soir, encourageants pour les forces de gauche, ne sont qu’une première étape. Loin de nous tout triomphalisme, l’abstention et le score du FN sont là pour nous le rappeler.

Pour les forces progressistes, ces élections doivent nous permettre de nous reconstruire, d’innover, de susciter un nouvel élan, de dessiner de nouvelles frontières. Il nous faut ré-insuffler des idées et idéaux progressistes dans un siècle de plus en plus réactionnaire. Près du peuple, par et pour le peuple !

En vue du second tour, nous appelons dès maintenant à un rassemblement massif autour de Jean-Jack Queyranne, sans le Modem et dans le respect et la pluralité de toutes les sensibilités de gauche.

Je vous remercie.

Annonces

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

  • Blein amnésique...

    Dans son matériel de campagne, le député ex-socialiste Yves Blein est amnésique... Habituellement, (...)

  • Insoumis il y a un siècle...

    La chanson "les conscrits insoumis", avant la première guerre mondiale, qui vit, après, l’horreur (...)

  • Blein avec Macron ?

    La vie politique et son cortège de petites déclarations, de grands mots, d’affaires et de (...)

Navigation