Vénissieux, le chantier d’une nouvelle alliance sociale et politique Contribution du groupe des élus communistes et républicains

, par  pamillet , popularité : 10%

Après la décision du tribunal administratif, les oppositions locales de droite et du PS ont tenté de déstabiliser le maire et la ville en expliquant partout qu’il n’y avait plus de maire, plus de gestion. Ils ont tout instrumentalisé, à coups de mensonges, amiante, punaises, et même incendie dans un immeuble,... Ils ont échoué. L’équipe municipale est au travail, les conseils de quartier confortent notre démarche de démocratie locale, la ville avance sur ses projets.

Cette situation Vénissiane n’est pas que locale, elle révèle un pourrissement de la vie politique, un appauvrissement de la démocratie qui se propage partout en France. Nous n’en sommes pas encore au rôle devenu dominant de l’argent dans une démocratie US qui se règle à coup de milliards, mais c’est le sens que prend la vie politique française, vide de débat politique de fonds, et par contre pourrie par les affaires frauduleuses, les campagnes médiatiques populistes, les fausses informations, la « peoplisation ».

Mais le fonds de la crise démocratique est d’abord la crise sociale qui est une crise de société. Depuis 35 ans, gauche et droite gouvernementale mentent aux français. Ils précarisent, restructurent, cassent les solidarités et les services publics, cassent les institutions républicaines, et répètent à chaque élection qu’il est urgent d’aller plus loin à cause de la dette, de la crise, que la solution est dans la fuite en avant européenne, mondialisée...

La réponse pour les communistes est d’abord dans la reconstruction patiente et en bas de solidarité et de capacité de résistante.

La ville est pour cela un appui solide pour les quartiers populaires, les ouvriers et employés les plus touchés par la précarité, mais aussi pour les couches moyennes, les fonctionnaires, les artisans et petites entreprises.

Nous ne nous laisserons pas détourner de ces questions de fonds. Les élus communistes dans la majorité municipale travaillent au service de l’intérêt général et aideront aux rassemblement des Vénissians pour la solidarité et la défenses des services publics.

Nous espérons que le conseil d’état entendra nos arguments pour faire respecter le vote des Vénissians en mars 2014. De toute façon, l’heure n’est pas aux discussions politiciennes, mais à mener les batailles sociales et municipales dont les Vénissians ont besoin.

La solidarité qui s’exprime dans toute l’agglomération et plus largement est impressionnante. Ceux qui ont cru qu’après la vague de défaites de la gauche en mars, il était possible de faire tomber une nouvelle ville dirigée par un maire communiste se sont heurtés à une ville rebelle et solidaire. Les Vénissians ont l’expérience d’un rassemblement large et utile à tous. Ils peuvent faire la démonstration qu’une nouvelle alliance sociale et politique est possible.

Voir en ligne : la conférence de presse de Michèle Picard

Annonces

Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

AgendaTous les événements

septembre 2017 :

Rien pour ce mois

août 2017 | octobre 2017