pour retrouver les conditions du débat interne lettre au comité départemental du Rhône

, par  Marie-Christine Burricand , popularité : 2%

PCF Vénissieux
48 rue Eugène Maréchal
69200 Vénissieux

A l’attention des membres du CD

Chers camarades,

Nous ne participerons pas au Comité départemental qui se tiendra le mardi 28 juin à la Fédération. La raison en est simple : les conditions d’un débat serein ne sont pas réunies alors que nous nous interrogeons sur les intentions de l’exécutif départemental et de sa secrétaire quant à l’avenir du parti dans le département.

Les conditions du vote pour le candidat à la présidentielle ont été marquées par une pression très forte de l’exécutif pour Jean-Luc Mélenchon, notamment avec la lettre inacceptable parce que non signée de manière identifiable du « Collectif d’animation du Rhône » à tous les communistes.

Malgré cela André Chassaigne est arrivé en tête dans le département. Loin de prendre en compte ce que signifie ce résultat, la direction départementale s’empresse de le discréditer en jetant le doute sur les votes qui sont transmis à la commission des recours sans réels motifs avancés.

Venons en à la conférence de presse d’André Gerin du 20 juin. Nous nous sommes exprimés à ce sujet dans le communiqué de presse ci-joint.
Nous voulons le débat et la confrontation et nous sommes décidés à l’organiser pour notre part. Mais quand Danièle Lebail déclare sur TLM qu’André Gerin n’a plus rien à voir avec le PCF, nous disons qu’il s’agit d’autre chose, d’une volonté délibérée de créer les conditions d’une rupture avec toute une partie des communistes du département qui ont pour défaut de ne pas être en accord avec la ligne nationale. Et nous pensons que ce n’est pas un hasard que cela se produise justement après le vote majoritaire pour André Chassaigne dans la fédération, que passer sous silence le discours de Parisot auquel André Gerin répond est une manipulation pour masquer le fond qui concerne en fait les négociations avec le PG sur les législatives.

Nous interrogeons Danièle Lebail : est-elle prête à casser des pans entiers du PCF pour que la ligne nationale soit mise en œuvre sans limite dans le département, ou est-elle prête à travailler avec tous les communistes notamment dans la bataille à venir qui doit permettre de surmonter la divergence forte sur la stratégie aux élections présidentielles et de conserver un député communiste dans le département ?

Nous espérons évidemment que cette dernière solution, celle de la raison, l’emportera et nous sommes disponibles pour travailler dans ce sens.

Dans les semaines qui viennent, nous prendrons d’ailleurs toute notre place dans la bataille communiste au travers du débat du 8 juillet à Vénissieux sur l’ évolution des Minguettes depuis 30 ans, une manifestation dans la ville fin septembre pour l’emploi, le pouvoir d’achat et le droit au logement précédant le Grand rendez vous de la ville, un débat à plusieurs voix pour construire un point de vue communiste sur l’immigration courant Octobre, les rencontres internationalistes début novembre et bien sur notre bataille contre les saisies et expulsions.

Les communistes de Vénissieux auront l’occasion d’échanger sur leur position en 2012 lors de leur matinée d’étude ce samedi 2 Juillet.

Ils examineront la question des candidatures à la législative avec l’objectif d’une proposition de candidat(e) et suppléant(e) qui sera débattue avec les autres sections et soumise à la souveraineté des communistes.

Fraternellement ,

Marie-Christine Burricand, Blandine Chagnard, Edith Chagnard, André Gerin, Andrée Loscos, François Marquès, Pierre-Alain Millet, Yolande Peytavin, Alain Picard, Michèle Picard, Babette Roussin, Henri Thivillier, Serge Truscello, Jean Zunino

Communiqué de la section de Vénissieux du 23 Juin 2011

« Une polémique s’est développée autour des propos d’André Gerin dans sa conférence de presse du 20 juin. André Gerin serait parait-il devenu un affreux raciste, un ami du Front national.

Marie-France Vieux-Marcaud, Présidente de l’Association des élus communistes et républicains, ose dire « Monsieur Gerin, vous nous faites honte ».

Nous avons lu attentivement la déclaration d’André Gerin et nous comprenons qu’elle suscite débats et confrontations.

Mais nous n’y avons pas vu de propos racistes. Plusieurs questions sont évoquées : Union Européenne, candidature à la présidentielle, abandon des classes populaires, montée des communautarismes, position politique du PCF et de la gauche sur l’immigration.

Quelques dirigeants du PCF se saisissent de ce dernier point pour jeter l’anathème sur le seul député communiste du Rhône en refusant toute réelle confrontation d’idées.

Quand Laurence Parisot, patronne du MEDEF, demande le maintien de l’immigration légale que faut-il comprendre ? Est-elle devenue humaniste et solidaire ou veut-elle continuer à surexploiter la main-d’œuvre et les cerveaux venus d’ailleurs ?

Le PCF a t-il toujours l’ambition de changer le monde ? Si oui, il faut développer des coopérations véritables avec les pays en voie de développement qui sont aujourd’hui pillés par le capital. Aujourd’hui, trop de peuples n’ont d’autres alternatives que de partir pour fuir la misère ou la guerre.

Des camarades pensent qu’internationalisme doit rimer avec ouverture totale des frontières. C’est une autre opinion. Le débat est nécessaire mais la réponse n’a rien d’une évidence et le racisme ne passe par aucune de ces positions.
Mais est-ce bien l’immigration qui est l’enjeu de cette polémique ? Il est évident qu’André Gerin, opposant à la ligne de la direction, est devenu l’homme à abattre.

Les beaux esprits de la fédération du Rhône n’étaient pas aux rendez-vous quand avec André Gerin, nous menions la bataille contre la double peine, pas facile à faire comprendre à la population.

Nous les avons attendus quand il a fallu demander le respect du droit international pour les prisonniers de Guantanamo et sortir de ce cauchemar des jeunes des banlieues lyonnaises.

Durant ses 24 années de mandat de maire à Vénissieux, nous avons partagé avec André Gerin la bataille pour que les habitants de la ville, quels que soient leurs origines, leur milieu social, aient droit à une vie digne.

Nous avons participé, à son initiative, à l‘un des premiers parrainages en nombre d’enfants sans papiers.

L’insistance du Parti de gauche est-elle si forte sur la 14éme circonscription qu’il faille à tout prix sortir André Gerin pour le remplacer par un candidat estampillé Front de gauche ? Ce serait pourtant la meilleure manière de laisser la seule circonscription communiste du Rhône au Parti socialiste, voire au Front National, compte tenu du redécoupage de la 14ème circonscription.

Si telles étaient les intentions de la direction départementale et nationale, l’immense majorité des communistes de Vénissieux prendrait ses responsabilités.

Si nous n’en sommes pas là, il est temps qu’un débat franc s’ouvre sur toutes ces questions. »

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation