une femme et trois enfants à la rue

, par  communistes , popularité : 2%

Le sujet est connu à Vénissieux. Un réseau de lutte contre les saisies et les expulsions est actif, animé par des communistes de la ville et notamment des Minguettes, dirigé depuis des années par dédé, ancien responsable du parti dans l’usine Bosch de Vénissieux, et qui maintient plusieurs cellules des minguettes.

Il y a la bataille juridique mené depuis des années par André Gerin, avec quelques autres maires communistes (pas assez !), qui prennent des arrêtés anti-expulsions

Et il y a bien sûr le travail constant des services sociaux de la ville..

Mais au total, ce sont malgré tout des centaines de familles menacées, des dizaines d’expulsions effectuées chaque année..

La semaine dernière, c’était le tour de Mme J. et de ses trois enfants

Mme J. est précaire avec ses 5 enfants dont 3 chez elle, est expulsée avec une dette de 2000€ de loyers. Elle est restée pendant 3 mois sans électricité, avec 3 enfants scolarisés ! Elle a décidé de payer EDF et a donc repris du retard sur son échéancier de règlement de dettes...

Le bailleur n’hésite pas et obtient l’expulsion. les services de la ville n’ont pas été prévenus. Mme J n’avais pas demandé d’aide, essayant de s’en sortir seule...

Mais après l’expulsions, l’information circule, le réseau de lutte est prévenu, dédé organise la solidarité. Des militants et responsables communistes se retrouvent en mairie. Un adjoint passe un coup de fil au bon endroit. tout le monde rappelle la loi DALO, et en fin de journée, le bailleur accepte le relogement de la famille.

C’est une goutte d’eau dans la précarité et la misère, dans cette violence qui opprime le monde du travail, les quartiers populaires... et qui explose cette année dans tous les secteurs, jusqu’à déborder les hôpitaux psychiatriques parce que de plus en plus de gens craquent.

Mais c’est aussi une femme et trois enfants qui retrouvent un peu de tranquillité, pour quelques mois...

Cette société est invivable, inacceptable. la révolte est nécessaire, légitime. Elle a d’abord besoin d’un organisation de lutte pour lui donner un sens de solidarité, pour permettre la construction d’une force capable de s’attaquer à la cause profonde de cette violence, capable de briser la domination de la classe sociale qui se gave toujours plus et écrase donc toujours plus !

Annonces

Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation