Communiqué du PADS

, par  Jean Zunino , popularité : 3%

Le Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme dénonce les ingérences grossières de l’impérialisme américain dans la vie politique algérienne

Madame Hillary Clinton a fait escale à Alger samedi dernier pour dicter ses instructions à un régime algérien incapable de lui indiquer les limites à ne pas franchir.
Avant même de rencontrer le chef de l’Etat, elle a tenu une réunion de travail à "huis clos" dans les locaux de l’ambassade des USA avec un groupe de citoyens algériens composés d’universitaires et d’avocats formés aux USA, de jeunes entraînés pour animer sur internet des "réseaux sociaux" ainsi que des exécutants en titre des officines subversives, en particulier du MEPI. Sans respect pour le peuple algérien et sa souveraineté elle a qualifié ces individus de "chefs de file de la société civile algérienne". Ce concept confusionniste de "société civile" est utilisé par les idéologues de la bourgeoisie pour désigner les propagandistes du capitalisme et de l’acceptation du diktat de l’impérialisme sous couvert d’adaptation aux réalités de la mondialisation, c’est-à-dire à la domination impérialiste. Il importe peu de savoir si ces éléments sont conscients qu’ils sont des pantins que l’impérialisme a chargés de faire admettre par l’opinion populaire la fatalité de l’intégration complète dans le système impérialiste américain de pillage et d’exploitation du travail et des richesses du pays. Il est évident que les individus publiquement exhibés par Madame Clinton ne sont que la partie officielle visible des chevaux de Troie qui peuplent les institutions et de nombreuses organisations aux ordres de leurs bailleurs de fonds.
Madame Clinton n’a pas caché la volonté des USA d’intervenir directement dans la vie politique interne en qualité de partie prenante des rapports entre le gouvernement, le secteur privé et cette "société civile". Aucun dirigeant n’a osé la rappeler à l’ordre. Il est vrai que nos gouvernants sont mal placés pour défendre la souveraineté du peuple sur ses affaires internes, eux qui la bafouent systématiquement.
Il est clair que l’objet véritable de la visite de Madame Clinton s’inscrit dans les pressions continues des USA pour obtenir l’installation de bases militaires au Sahara, le libre déploiement de leurs troupes au Sahel, la dénationalisation des hydrocarbures, l’appui total aux ingérences impérialistes en Syrie, la réouverture de la frontière avec le Maroc de manière à accentuer les pressions sur l’Algérie, le soutien officiel aux fantoches installés par l’OTAN à la tête de la Libye mais rejetés par la majorité de la population de ce pays. Leur but est de transformer l’Algérie en poste militaire avancé veillant à faire respecter l’ordre impérialiste par les peuples africains.
Le PADS dénonce la passivité du pouvoir devant ces ingérences, la complicité de la grande majorité de la presse dont aucun représentant n’a osé interpeller Madame Clinton lors de sa conférence de presse sur ses objectifs et son mépris pour la souveraineté du pays.
Le PADS exige que le chef de l’Etat informe le peuple de la teneur de ses discussions avec Madame Clinton, réaffirme la volonté de l’écrasante majorité du peuple de ne pas tolérer les injonctions des puissances impérialistes et de leurs représentants en Algérie.
Les pressions impérialistes sur l’Algérie n’ont jamais diminué d’intensité. Mais c’est un pas nouveau que les dirigeants des USA viennent de franchir en étalant sans retenue les liens que leurs services de subversion ont tissés avec des citoyens algériens disposés à comploter contre les intérêts du peuple algérien.
Le PADS appelle les travailleurs, les classes laborieuses et toutes les forces patriotiques véritables à se mobiliser pour mettre en échec les plans impérialistes en Algérie et dans la région, à isoler et combattre sans merci les mercenaires algériens de l’impérialisme où qu’ils soient .

26 février 2012

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation