Faire vivre et renforcer le Pcf, une exigence de notre temps Résumé du texte alternatif de congrès (art 11.1 des statuts)

, par  communistes , popularité : 3%

« L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de la lutte des classes »

Karl Marx, Le Manifeste

Poursuivre et renforcer le PCF

Les communistes ont exprimé lors de l’assemblée générale extraordinaire de décembre 2007 la volonté de continuer et renforcer le PCF. La base commune proposée par la direction nationale sortante poursuit la stratégie menée depuis plusieurs congrès, qui a conduit à l’affaiblissement actuel. Elle ne propose aucune rupture avec le système capitaliste et abandonne toute perspective révolutionnaire, transforme le PCF en coquille vide.

A la veille du 34e congrès, le Parti communiste français reste un parti de premier plan par ce qu’il représente dans le pays, ses militants et ses élus.

En France et dans le monde, l’aiguisement de la lutte des classes

La situation internationale et nationale n’a jamais autant donné raison aux communistes. La crise financière internationale d’une rare gravité qui éclate confirme ce que nous savons : le capitalisme est un système prédateur, générant des crises cycliques au détriment des peuples, porteur de menaces pour la paix dans le monde.

Au plan national, la mondialisation se traduit par la main-mise du capital financier international sur les grandes entreprises françaises. Des pans entiers de l’industrie et de l’agriculture sont détruits, avec des conséquences sociales dramatiques : chômage, développement des emplois déqualifiés et sous-payés, précarité généralisée…

Notre peuple est étranglé par des politiques économiques et sociales destructrices, menées par une droite revancharde qui s’acharne à détruire tous les acquis obtenus par les luttes au cours du 20e siècle : casse du code du travail, destruction de la sécurité sociale, attaques répétées contre le système de retraites par répartition, privatisation des services publics – énergie, transports, télécommunications

Un Parti communiste fier et offensif

Dans ce contexte, nous avons besoin d’un Parti communiste marxiste, proposant des perspectives politiques crédibles, pour mener une contre-offensive efficace au capitalisme.

C’est pourquoi nous proposons un texte alternatif.

La situation générale montre que la rupture du congrès de Tours en 1920 entre un courant réformiste et un courant révolutionnaire est toujours d’actualité. Il ne s’agit ni de nostalgie ni de repli identitaire, mais d’une analyse marxiste de notre époque.

Aussi, immédiatement, nous devons :
- reconstruire l’organisation communiste, l’outil idéologique et politique en partant à la reconquête des entreprises et des quartiers populaires. Oui à la cellule cœur de l’activité du parti, Oui à la formation idéologique qui permet au militants d’agir !
- combattre le renoncement de la gauche, qui efface les lignes de partage entre gauche et droite, et qui fait glisser le Pcf vers un réformisme de plus en plus clairement assumé
- développer une analyse marxiste et reconquérir idéologiquement les catégories populaires, en refusant le règne de l’argent, le triomphe de l’individualisme, la régression sociale présentée comme une fatalité
- redevenir un parti d’opposition efficace, porteur de propositions, offensif et crédible, à l’initiative de luttes
- redonner à notre parti sa pleine indépendance de pensée, d’organisation et d’action en refusant l’hégémonie du PS ou la dilution dans la gauche de la gauche. Travaillons à une politique d’alliances à la base offensive, un rassemblement populaire anticapitaliste, qui nous permette de sortir de l’ornière de l’alliance obligée avec le Parti socialiste, ou de l’option d’un parti dissout dans des alliances mal définies à la gauche de la gauche
- dénoncer clairement le carcan de l’Union européenne, et tirer le bilan de notre participation au Parti de la gauche européenne
- renouer avec les partis communistes du monde entier, travailler à la construction d’un nouveau cadre international d’échanges et de coopération entre les peuples, outil indispensable à une solidarité communiste active.

Le 34e congrès doit tirer les leçons des échecs passés, de l’urgence d’une réponse communiste à la crise du capitalisme, de la renaissance d’un point de vue communiste dans différents pays du monde. Ce congrès peut être un congrès historique. Nous voulons en sortir avec un Parti communiste fiers de ses valeurs et de ses idéaux, combatif et offensif, porteur d’un projet révolutionnaire de rupture avec le capitalisme.

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation