L’enjeu du Congrès : Des communistes unis dans leur diversité lettre de André GERIN

, par  communistes , popularité : 8%

De nombreuses informations nous parviennent du territoire national, avec plein de choses nouvelles et positives. C’est sûr, nous ne sommes pas dans la situation du dernier congrès. Les communistes discutent du PCF et de son avenir.

Il y a des situations difficiles dans certaines fédérations et sections. Ne boudons pas pour autant notre plaisir, même si nous sommes très loin du compte. Les communistes ne veulent plus être méprisés et surtout ils refusent que des dirigeants ne respectent pas leur vote. Ils en ont assez que leur souveraineté ne soit pas respectée. Maintenant, cela suffit !

Des dirigeants sont en désaccord. Qu’ils le disent clairement, à haute voix : au moins les choses sont claires. Car il est temps de sortir des non-dits, des faux-semblant. Depuis plusieurs congrès on gruge, on trompe les communistes. C’est mieux que les militants se fassent leur opinion en leur âme et conscience, même si c’est douloureux. Trop de désaccords, de divergences, d’oppositions ont été niés en les ramenant à des questions de personnes, entre « modernes » et « archaïques ».
Cette période noire de la vie du PCF est finie et bien finie ! Hélas, elle a contribué à faire ou à laisser partir des dizaines de milliers de communistes qui ne s’y retrouvaient plus.

Aujourd’hui, faire respecter le choix des adhérents est essentiel pour sceller l’unité des communistes. C’est notre choix pour contribuer à rassembler tous ceux qui veulent un parti communiste autonome, un parti de combat, un parti tribunitien, un parti d’union et de rassemblement.

Il faudra faire, avant le congrès, un bilan des conférences de sections et des conférences fédérales pour apprécier les situations, savoir dans quelle mesure les choix des communistes se retrouvent dans les lieux de décisions et de responsabilités.

Les informations d’ensemble, département par département, seront déterminantes pour apprécier et comparer la représentation des textes alternatifs, eu égard aux votes des 29 et 30 octobre derniers.
Nous voulons être partie prenante des responsabilités à tous les niveaux, jusqu’au Conseil national, au collège exécutif et aux responsabilités de premier plan.

C’est notre part d’engagement, de fidélité aux communistes, de chercher l’unité. Ils veulent de la cohésion au 34ème congrès pour aller de l’avant. C’est à Marie-George Buffet, à la direction, de saisir cette attente forte des communistes qui n’accepteront plus d’être floués. Cela devra se traduire dans le contenu de la base commune, pour envoyer des messages forts à tout le parti, pour renforcer politiquement et idéologiquement le PCF.

Soyons vigilants, déterminés, sans tomber dans la provocation, les pièges où l’on veut nous faire apparaître comme les méchants et les diviseurs.

Depuis le congrès de Martigues il y a près de dix ans, de nombreuses voix se sont élevées dans tout l’hexagone pour refuser l’abandon de l’identité communiste. Nous prendrons en compte toutes les avancées, même limitées.

Faire que le PCF soit utile au peuple et à la France, c’est la question qui nous préoccupe pour que les communistes restent unis dans l’action. Nous avons toutes les raisons d’être offensifs, vigilants, pour qu’en toute hypothèse, la souveraineté des communistes soit gagnante.
Il y a, il y aura encore des situations inadmissibles, insupportables. Certains responsables travaillent à démoraliser. Ils applaudissent quand des communistes s’en vont sur la pointe des pieds.

La situation a commencé à s’inverser, des communistes restent, voire reviennent, voire peuvent adhérer sur la ligne de classe d’union la plus large que nous portons.

Il ne faut surtout pas se laisser impressionner, nous sommes sur la bonne voie, dans une situation fragile. Comme on le dit, il n’y a que les combats que l’on ne mène pas qui sont perdus d’avance. Regardons où nous en sommes, rappelons-nous où nous en étions il y a plusieurs congrès, il y a de bonnes raisons d’espérer.

L’enjeu du congrès, c’est d’unir les communistes dans leur diversité, c’est de reconstruire le PCF en nous adressant à chaque militante et chaque militant communistes, quelle que soit son histoire dans le parti, quels que soient ses choix passés ou ses préférences personnelles. Nous demandons à chacun de se déterminer : renoncer à la rupture avec le capitalisme ou construire ici et maintenant, un communisme du 21ème siècle.

Ici et maintenant, il faut changer de modèle de croissance, de modèle économique, financier et médiatique. Comme la majorité des communistes, nous voulons que le PCF continue d’exister. Soyons des militants libres et fiers.

Reçois, Cher(e) Camarade, mes fraternelles salutations.

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation