Proposition de déclaration des communistes

, popularité : 2%

Texte proposé à la discussion du comité départemental du Rhone du 3 Juin préparant le conseil national du 11 juin.

Un premier succès qui en appelle d’autres !

Le parti communiste analyse avec confiance et lucidité les résultats du 29 Mai. Le peuple a réussi à se faire entendre de manière majoritaire pour la première fois depuis longtemps. Les ouvriers, les employés, les salariés, les jeunes, tous ceux qui dans les banlieues, les campagnes et les entreprises se sont exprimés pour défendre leur salaire et leur emploi contre la précarisation que nous impose la concurrence généralisée, ont marqué un point important.

Mais nous savons tous que celà ne suffira pas à mettre en cause la domination d’un capitalisme prédateur. Les premières décisions de Chirac ne nous surprennent pas et nous appellons les salariés d’abord à s’organiser pour se défendre contre les mauvais coups qui vont pleuvoir.

N’ayons aucune illusion. Le pouvoir des grands patrons, leur domination sans partage sur l’état français, la commission européenne et les institutions financières ne se remettront pas en cause par une alternance tranquille dans le cadre de la république autoritaire et antidémocratique qu’a créé la constitution de la Veme république.

Mais la force du NON montre qu’il n’y a aucune fatalité ! Nous pouvons nous appuyer sur ce premier succès pour mettre en cause les décisions engagées et celles qui arrivent

- STOP a la ratification du TCE, suspension de la commission européenne, nominations de représentants de la France sur la base de la majorité exprimée par le peuple.

- STOP aux directives européennes encours, notamment bolkenstien et temps de travail

- STOP aux privatisations et remises en cause de service public. Arrêt de la privatisation de GDF et AREVA, interdiction de l’ouverture du réseau ferré aux trains privés, interdiction des restructurations et délocalisations industrielles.

- STOP a la criminilisation des militants, des immigrés, des pauvres. Retour à un véritable droit d’asile. amnistie et
libération immédiate des militants pourchassés ou condamnés, notamment lycéens.

Vers une nouvelle république française

Pour conforter les luttes nécessaires sur ces objectifs, il faut ouvrir la porte a une rupture avec un système capitaliste qui montre chaque jour son incapacité à porter les intérêts populaires majoritaires. Il faut aller vers une 6eme république, remettant en cause l’élection du président de la république au suffrage universel, inventant des formes nouvelles de démocratie autogestionnaire, de la cité à l’entreprise.

Cette 6eme république doit être ouverte sur le monde et répondre aux exigences de coopérations internationales pour les peuples et non pour les marchés financiers. Nous proposons de nouveaux outils de coopérations sur des objectifs sociaux ; le transport public en Europe, les maladies mortelle du tiers monde, l’accès à l’eau potable pour tous, avec la mise en place de financements publics coopératifs au niveau international, sous contrôle des salariés et des usagers, dans une monnaie indépendante des spéculations.

Reconstruire le parti communiste au service d’un rassemblement populaire majoritaire

Toutes les forces qui peuvent contribuer a ces objectifs sont utiles pour aider à reconstruire les liens politiques entre les quartiers, les entreprises, les régions et les pays. Le parti communiste se prononce pour les alliances les plus larges au service du mouvement populaire, dans les formes d’organisations que les militants se donnent à partir de leur expérience.

Le parti communiste appelle les militants, notamment dans le monde du travail, les entreprises et les quartiers populaires à s’engager pour inventer les actions politiques dont notre peuple a besoin pour ne pas se faire voler sa victoire. L’existence d’un parti communiste, porteur de la prise de parole politique du monde du travail, d’une conception internationaliste de la république est un enjeu formidable.

Non, décidément, Marx n’est pas mort et l’histoire de la libération humaine est devant nous ! Le parti communiste continue à tirer les leçons du stalinisme et des fomes brutales du capitalisme que la fin de l’URSS a libérées pour revivifier un point de vue communiste utile aux luttes. Il a besoin de plus de militants, d’une organisation plus autonome, indépendante des institutions. Il faut le renforcer !

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation