Un congrès pour faire vivre le choix des communistes créons les conditions d’un PCF à l’offensive !

, par  Marie-Christine Burricand , popularité : 9%

Avec le vote sur les textes du 34ème congrès, les communistes ont confirmé très majoritairement pour la seconde fois en un an leur volonté de faire vivre et renforcer le PCF.

Certains ont exprimé ce choix au travers du vote pour le texte proposé par le Conseil national sortant . D’autres ont voulu renforcer cette exigence et lever toutes les ambiguïtés en votant à 40% pour les textes alternatifs.

Nous constatons que des camarades, qui n’ont par ailleurs pas souhaité présenter des textes alternatifs, tentent de remettre en cause ce choix des adhérents et de remettre au centre du débat des propositions que les communistes ont écartées : construction d’une nouvelle force politique, changement de nom du parti, métamorphose pouvant conduire à un nouveau parti.

La plupart de ces camarades appartiennent à la direction nationale sortante, souvent l’exécutif. Ils ont été pleinement associés à la préparation du congrès, souvent chargés d’animer les collectifs de travail et autres ateliers.

Cette attitude crée une situation inquiétante.

- D’une part, elle laisse à penser qu’une partie de la direction n’a que faire de la souveraineté des communistes et ne met pas toutes les cartes sur la table puisque ces camarades n’ont pas souhaité soumettre leur point de vue au vote des communistes et pour la plupart ne l’ont pas exprimé ouvertement avant ce vote. Le projet de base commune n’était il là que pour noyer le poisson avant que le véritable débat se dévoile ? Est-ce là la raison des ambiguités de ce texte ?

- D’autre part, elle empêche les communistes de travailler à concrétiser l’objectif qu’ils se sont fixés - faire vivre et renforcer le PCF aujourd’hui- et maintient ainsi le PCF dans les difficultés mortifères dont il faut absolument s’extraire.

La direction du parti, tout particulièrement la secrétaire nationale, peut décider de sortir de cette impasse. Il faut pour cela s’appuyer sur le choix majoritaire des communistes et proposer à tous ceux qui le partagent dans le respect de leur diversité de s’atteler à la rédaction de la feuille de route du 34 ème congrès.

Malheureusement, ce choix n’est pour l’instant pas exprimé clairement par Marie-Georges Buffet.

Au contraire, les manœuvres se multiplient pour exclure les communistes qui ont défendu les textes alternatifs affirmant la nécessité de poursuivre le PCF. Il n’y a ni appel au rassemblement, ni même volonté de débattre. Délégations réduites dans les conférences fédérales, filtres renforcés pour les délégués au congrès, volonté de réduire ces camarades dans les comités départementaux et le Conseil national au motif d’arguments techniques et administratifs, nous sommes très loin de l’appel à toutes les énergies communistes pourtant si nécessaire aujourd’hui.

Les rencontres annoncés avec Jean-luc Mélenchon comme l’annonce de la volonté de listes communes aux européennes alors que le congrès ne s’est pas encore tenu, renforce l’inquiétude des communistes et le doute quant à la volonté réelle de la direction du parti et de sa secrétaire nationale. Nos dirigeants semblent en effet ne tirer aucune leçon des expériences qui nous ont conduit au bord du gouffre.

Faut il penser que la direction du parti préfère prendre le risque de l’éclatement du PCF ou de sa dilution dans une gauche aléatoire plutôt que de se mettre au travail avec ceux qui se sont toujours engagés pour faire vivre le PCF et n’ont pas hésité ces dernières années à contester des orientations alors majoritaires qui ne leur semblaient pas aller dans ce sens ?

Ce n’est pourtant pas le moment, quand les méfaits du capital s’abattent avec hargne sur le peuple, de prendre le risque de saborder le PCF alors que ses adhérents s’engagent majoritairement pour le faire vivre.

Nous appelons les communistes à faire respecter leur choix de la poursuite et du renforcement du PCF et à créer autour de cet objectif les conditions du rassemblement des adhérents et de l’élection de directions composées de femmes et d’hommes qui ont fait la preuve de leur volonté de travailler dans ce sens.

Oui à la revitalisation du PCF dans les quartiers populaires et les entreprises, oui à des propositions qui attaquent le capital au cœur de ses pouvoirs, oui à un PCF autonome.

Avec le 34éme congrès, créons les conditions d’un PCF à l’offensive !

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation