Fiers d’être Communistes

Journal Fiers d’être communistes

Journal nr 7 (Octobre 2009)
Octobre 2009

edito

LE PCF POUR ROMPRE AVEC LE CAPITALISME

La crise a mis en lumière la cruelle réalité du capitalisme : l’enrichissement sans limite de quelques-uns ne peut se faire qu’en achetant toujours moins cher le travail des autres ! Le capital opère un véritable racket sur les salaires.

Dans le même temps, le gouvernement s’attaque violemment aux services publics pour libérer de nouvelles possibilités de faire du profit car tout ce qui échappe à sa loi lui est insupportable. Au travers de la réforme annoncée des collectivités territoriales, c’est le socle même de la république qui est menacé. Sous couvert de simplifier les institutions, il s’agit d’éloigner un peu plus les citoyens des décisions, de substituer aux élus locaux des élites technocratiques intouchables, de priver les collectivités locales de moyens d’intervention au service des habitants.

Si la colère et l’action ont été largement présentes ces derniers mois, elles n’ont pas permis de faire reculer le gouvernement.

Et la victoire en trompe l’œil du parti de Sarkozy aux européennes laisse un sentiment amer. Des millions d’électeurs du Non se sont abstenus, faute de trouver l’offre politique correspondant à leur colère et à leur rejet de la construction européenne. Alors que les élections régionales approchent, il est plus que temps

la suite sur le site ou dans le journal en fichier attaché


Politique

Qui ne veut pas d’un groupe communiste ? Rappel : il fallait 20 députés pour constituer un groupe à l’Assemblée nationale. Le PCF avec 15 élus plus 2 apparentés, s’est entendu avec deux députés d’outre-mer (dont un PCR) et 4 verts pour former le groupe gauche démocrate et républicaine (GDR). Etre dans un groupe permet alors des facilités matérielles, financières et d’intervention dans le débat parlementaire. Al’occasion des campagnes électorales, les groupes disposent aussi d’un temps plus important sur les médias publics…

lire la suite sur le site ou dans le journal

A Saint Chinian, le rouge est un bon cru Du 28 au 30 août, s’est déroulé près de Saint Chinian un stage de formation du réseau national du PCF « Faire vivre et renforcer le PCF », organisé par la section de Béziers en pleine garrigue avec d’excellentes conditions d’accueil. Des membres du conseil national du PCF étaient là ainsi qu’une vingtaine de jeunes communistes venus des quatre coins de la France. Sur les trois journées, ont participé une centaine de communistes issus d’une vingtaine de fédérations.

lire la suite dans le journal en fichier attaché

Contre la criminalisation des communistes 76 partis communistes et ouvriers ont cosigné une déclaration à propos de la résolution anti-communiste de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). " Nous condamnons fermement l’adoption le 3 juillet 2009 d’une nouvelle résolution anti-communiste qui renferme une honteuse falsification de l’histoire et nie le rôle de l’Union Soviétique dans la victoire contre le fascisme. La résolution met sur un même plan communisme et fascisme.

lire la suite dans le journal en fichier attaché

Une tambouille de voyou Lorsque la direction du parti est empêchée de faire sa tambouille, rien de plus facile qu’une bonne recette autoritaire. Dans le 14e arr. de Paris, pour imposer son candidat contre l’avis des adhérents, elle nomme une « direction » de section et expulse de force les communistes de leur local, même si le secrétaire fantoche préfère finalement se présenter dans le 18e pour obtenir une meilleure place auprès de Delanoë.

ll’article complet


idées

LE CONSOMMATEUR-PAYEUR ET LE POLLUEUR-SUBVENTIONNÉ

Kyoto a fait connaître en 97 l’urgence de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Mais le capitalisme se cache déjà derrière ce défi environnemental ! Les 5% de réduction décidée à Kyoto sont rapidement atteints grâce… à l’effondrement des économies de l’Est, et c’est la vision du prix Nobel d’économie 1960 qui est mise en œuvre : "si l’environnement est dégradé, c’est parce qu’il n’a pas de valeur marchande". Kyoto invente une bourse financière de droits d’émission de GES (le crédit carbone ou CER) et lance la grande aventure du capitalisme vert, le carbone devient source de profit :

  • En 2008, Rhodia investit 14M€ pour diminuer ses rejets de 15 Millions de tonnes, soit 300M€ de CER, mais supprime 91 emplois dans les deux usines concernées  ! Les CER économisés peuvent être revendus, 10M€ au Japon en 2008… Car les états sont acheteurs ! Ainsi, Kyoto pour Rhodia, c’est 158 M€ de revenus en 2008 (+17%)
  • Arcelor-Mittal a droit à 8 millions de tonnes par an en France, au moins 1 million de plus que nécessaire, qui représentent au prix actuel 15M€ ! Et les industriels viennent d’obtenir de l’UE d’augmenter encore leurs crédits gratuits pour éviter… les délocalisations (ils disent la « fuite de carbone ») ! C’est le principe bien connu des gros agriculteurs bénéficiaires de la politique agricole commune, celui du pollueur subventionné !

lire l’article complet sur le site ou la version courte dans la journal en fichier attaché

TROP DE PROFITS, TROP DE LUXE La surexploitation capitaliste qui a explosé dans le milieu des années 80, notamment à cause de la baisse d’influence des communistes et du rapport de forces défavorable, a permis à certains groupe capitaliste de se développer outre mesure. C’est le cas de l’industrie du luxe dans laquelle les fortunes nouvellement acquises peuvent plus particulièrement se dépenser au détriment de la production industrielle chargée de satisfaire les besoins les plus élémentaires de tous. Ainsi, le groupe L’Oréal (Cacharel, Yves Saint-Laurent, Lancôme…), dont l’actionnaire principal est Liliane Bettencourt, une des femmes les plus riches du monde avec une fortune estimée à 9,8 Mds d’€, a vu son chiffre d’affaires passer de 3,7 à 14,5 Mds d’€ et sa capitalisation boursière de 1,5 à 50 Mds d’€ de 1985 à 2003. la suite sur le site ou dans le journal en fichier attaché


luttes…

LA LOI BACHELOT DANS LA CONTINUITÉ

Désormais, avec la loi Bachelot, le « Service public hospitalier » disparaît au profit des « Etablissements de santé » au nom de la "convergence public-privé" ou dit autrement, au nom de la concurrence déloyale entre le public et le privé. Cette loi a pour but de donner le coup de grâce à l’Hôpital public en poussant aux « regroupements » (comprendre suppression de sites et capacités d’accueil) et en accélérant les suppressions nettes d’hôpitaux de proximité, donc en supprimant des postes (20 000 au niveau national d’ici 2012), en imposant une gestion « rentable » avec des économies budgétaires assassines (anticipées en région parisienne avec 45 millions d’euros en moins par an depuis 4 ans et 100 millions programmés pour 2009)… Enfin, des structures autoritaires et centralisatrices, les ARS (Agences Régionales de santé), seront chargées de faire passer la pilule, avec des directeurs jouant un rôle de préfets sanitaires nommés par le conseil des ministres et chargés de recruter des « chefs d’entreprises » aux ordres en lieu et place des directeurs d’hôpitaux. Bref, cette loi, chargée de faire mettre un genou en terre à la santé publique, celle qui fait s’étouffer les capitalistes depuis la Libération, est dans la continuité des politiques menées depuis 25 ans par les gouvernements successifs.

lire la suite sur le site ou dans le journal en fichier attaché

Collomb ferme des écoles publiques Le conseil municipal de Lyon a voté la fermeture de la maternelle Charcot (Lyon 5) : cela ne fait jamais qu’une gamelle de plus à accrocher à Collomb et son équipe. Mais le pire est que les élus PCF ont laissé faire : ils se sont abstenus ! Le comble a été atteint avec la décision de la mairie de n’accueillir les enfants que 3 jours sur 4 à  la cantine, soi-disant faute de place… Il a fallu que les parents fassent signer une pétition pour obtenir que leurs enfants soient accueillis tous les jours, les places étant miraculeusement réapparues. Mais où sont passés les élus PCF ?

la suite sur le site

Documents à télécharger