À PROPOS DE LA CHINE…

Mai 2005

Quelques faits…

S’il existait un parti communiste encore préoccupé des questions internationales peut-être serait-il capable d’énoncer quelques vérités élémentaires :

  • La Chine reste d’abord un pays qui tente de sortir du sous développement et qui a trés peur du militarisme japonais. Bien mesurer ce que représentent la Chine et le japon permettrait de faire bon marché de l’argument qu’il faut faire l’Europe face au géant menaà§ant que serait la Chine… Le Japon qui n’a pas la taille de la Chine représente aujourd’hui une puissance économique tout à fait supérieure à la Chine.
  • Le Japon multiplie avec les États-Unis les manifestations d’agressivité contre la Chine… Et les manifestations chinoises se comprennent dans un contexte où les États-Unis tentent d’intégrer Corée du Sud et japon dans une alliance militaire offensive et belliciste…
  • Ce qui est vrai est que les peuples sous développés ont d’énormes besoins non satisfaits, et que cette exigence de développement a des conséquences énormes sur le partage des ressources mondiales, y compris le pétrole. Que la Chine aujourd’hui, mais aussi l’Inde, le continent sud américain, s’ils rentrent dans le développement, mettent en question écologiquement, humainement le mode de développement occidental… L’exemple de la voiture (deux voitures par habitants aux USA) est-il concevable dans un développement harmonieux de la planète et l’utilisation des ressources ? Mais cela va au-delà , cela passe par un minimum de planification, de coopération égalitaires alors que les USA ne voient la poursuite de leur développement que dans le pillage , l’agressivité. L’Europe va dans la même logique et le traité constitutionnel porte cette logique.
  • Les USA font payer à l’Europe la chute du dollar et tentent d’obtenir la réévaluation du Yuan, et les « Europolâtres » appuient les États-Unis auxquels ils sont vassalisés… C’est une solidarité de « prédateurs »…
  • Et il est vrai que la Chine est le créancier des États-Unis, mais cela fait longtemps que le Japon est leur créancier, la seul différence est que le japon est un pays « vassal », comme l’Europe, et que la Chine ne l’est pas…
  • dans le cas de la Chine où l’on ne parle que des « bas salaires », mais pas du fait que les Chinois se contentent d’un retour sur investissement de l’ordre de 4%, alors que les banques, les actionnaires, les patrons de Netslé et Danone exigent du 15% et que c’est à§a aussi les coûts.

Nous vous annonà§ons au mois de septembre 2005, la sortie de notre livre DE MAL EMPIRE (1), où nous tentons d’aborder toutes ces questions à partir de l’évolution de la situation en Amérique latine.

Voir la mondialisation à partir du Sud, de la manière dont les peuples du Sud tentent de faire face à l’agressivité de l’impérialisme occidental , l’impérialisme porte la guerre et l’idéologie du « choc de civilisation » où l’occident serait menacé. Alors que ces peuples ont besoin de paix et que ce sont les États-Unis qui fondent tout leur développement scientifique et technologique sur la guerre, sur l’armement, sur la concurrence sans limite…

Ce que par parenthèse porte le Traité constitutionnel…

Danielle Bleitrach

(1) Danielle Bleitrach, Viktor Dedaj, Maxime Vivas. Les États-Unis DE MAL EMPIRE et les résistances du sud face au rêve américain. Aden . Septembre 2005. Ce livre sortira à la fête de l’huma…