Et maintenant, une députée pour tenir le cap à gauche !

, par  pamillet , popularité : 7%

Avec le deuxième tour des élections présidentielles, les Vénissians ont fait au mieux dans ce piège qui a enfermé notre peuple le 7 Mai, comment refuser la guerre économique à la Macron et la guerre nationaliste à la Le Pen ?

Le résultat est assez clair, Le Pen est clairement repoussée avec 25% des exprimés et moins de 15% des inscrits. Si on tient compte des non inscrits, un Vénissian sur 10 seulement a pris le risque d’exprimer sa colère contre les gouvernements de droite et de gauche avec le bulletin FN, malgré tous les efforts de dédiabolisation.

Bien sûr, cela repose d’abord sur cette fracture politique qui repousse de plus en plus d’habitants loin des élections, sur cette méfiance générale des institutions qui pèse sur toutes les forces politiques. Mais dans certaines régions, Marine Le Pen est parvenue à faire croire qu’elle était en dehors du système, qu’elle portait une critique réelle des oligarchies économiques, financières, politico-médiatiques... Dans certaines villes ouvrières du Nord, elle dépasse 50% des votants, plus d’un tiers des habitants parfois...

Si les Vénissians connaissent les difficultés sociales, la précarité, s’ils sont très conscients des inégalités qui divisent la France, s’ils voient bien ceux qui gagnent dans la crise pas très loin dans les beaux quartiers de Lyon, confluence, le 6eme ou la Croix-Rousse, ou de l’Ouest Lyonnais, ils savent aussi que le peuple a tout à perdre à se diviser avec le racisme. Ils connaissent l’action énergique de la ville contre la délinquance et le pourrissement social et savent qu’on ne peut les faire reculer sans un vrai changement national, sur de nombreux sujets, de la drogue aux moyens de la justice, du contrôle des marchés et des banques à la remise en cause de la concurrence libre et non faussée entre travailleurs européens... Ils ont raison de ne rien attendre du FN, qui comme la droite après son échec de 2012, veut changer de nom pour mieux mentir..

Le résultat est bien entendu que Macron est arrivé nettement en tête, mais avec plus de votes blancs ou nuls (10,51%) qu’au niveau national (8,56%). Il est frappant de constater que Macron fait son résultat à la fois dans des centres villes huppés où les classes aisées ont choisi le candidat qui allait les favoriser encore plus, et dans des quartiers populaires qui l’ont utilisé pour rejeter le pire. Sa majorité sera introuvable, éclatée entre les riches qui en veulent encore plus et les autres qui n’en peuvent plus... C’est la raison de la tambouille politicienne des investitures aux législatives et celui qui a réussi à se présenter comme neuf et moderne révèle dès les premiers jours à quel point il est le produit d’un système politique archaïque.

Les résultats par quartier confirment que si les quartiers de Vénisiseux ont des histoires urbaines, sociales et politiques différentes, ils ont tous convergés dans cette élection nationale vers les mêmes choix !

Les Vénissians ont fait au mieux dans ce piège, et ils en ont conscience. Ils ont une occasion inespérée le 11 juin prochain de fissurer ce piège en élisant une députée communiste, républicaine, qui tient le cap à gauche, une députée de rassemblement contre la violence des riches et contre la violence raciste, une députée qui défende toutes les couches sociales de St-Priest, Corbas, Feyzin, Solaize, St-Fons, comme elle le fait comme maire pour tous les Vénissians !

Annonces

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation