C’est à partir de l’analyse la crise que nous devons construire notre stratégie Christian Harquel

, par  communistes , popularité : 7%

à partir de la réflexion des communistes de l’ouest biterrois

Les réponses que notre congrès sera en mesure d’apporter aux problèmes qui sont posés à notre peuple dépendent de l’analyse que nous ferons de la crise que connaît en particulier notre pays depuis trente ans et des possibilités d’y faire face.

Si les causes de cette crise sont, comme nous le pensons, avant tout à rechercher dans l’emprise grandissante des logiques capitalistes sur notre société c’est donc à elles qu’il faut s’attaquer.

C’est une des conditions incontournables de la réussite d’une politique de gauche. Faire reculer la domination du Capital sur notre société ne se fera pas sans combat et l’affrontement avec les forces du Capital sera inévitable. Mieux vaut pouvoir compter alors sur les forces politiques et sociales les plus déterminées à y faire face.

Le PS est-il prêt à cet affrontement ? Ce n’est pas son choix.

Un rapport de force suffisamment puissant en faveur de mesures anticapitalistes pourrait-il le faire changer ? Si nous parvenons à créer un tel rapport de force, nous aurons fait alors la preuve que nous n’avons pas besoin de lui comme cela a été le cas pour le référendum.

Ces forces existent-elles ? Oui, et elles ont vocation à devenir majoritaire à gauche. Ce sont celles qui se sont construites lors des grands mouvements sociaux de 95, 2000 et 2003 et qui ont permis la victoire au référendum et toutes celles et ceux qui souffrent des logiques capitalistes. Si ces forces réussissent à se rassembler et cela dépendra beaucoup de la volonté de notre parti à y parvenir, une dynamique telle se développera qu’elle emportera l’adhésion de tous ceux et ils sont nombreux qui ont jusqu’alors voté pour le PS ou se sont abstenus par défaut d’une autre alternative à gauche.

Sur quels contenus le rassemblement des forces antilibérales peut-il se faire ? Un contenu qui permette de faire reculer de façon significative l’emprise des logiques capitalistes sur notre société.

Cinq axes prioritaires ont été avancés par notre section et mis en discussion dans nos modestes forums, sur les marchés, dans les réunions de cellules ouvertes et repris dans notre matériel de propagande :

1. Un fort secteur public non concurrentiel, 2. Une autre façon de produire et de travailler, 3 Une protection sociale généralisée, 4. Augmentation des salaires, retraites, allocations, 5. Une autre utilisation de l’argent.

Des forces politiques déterminées, un bon contenu ne suffiront pas à changer les choses s’il manque l’implication et la participation des citoyens. Les capitalistes ne vont pas se laisser plumer comme ça. On ne transformera pas les structures sociales sans combats.
Le bulletin de vote ne fera pas tout, c’est dans l’entreprise, sur tous les lieux de travail, dans la rue que les choses se gagneront aussi.

Christian Harquel à partir de la réflexion des communistes de l’ouest biterrois

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation