CRISE POLITIQUE ET RESPONSABILITES DU PARTI Roland Weyl

, par  communistes , popularité : 9%

« Social ,service public, etc... » certes, mais qui fera quoi et comment ? « Union, rassembler... » certes, mais pour réclamer ? ou pour imposer ?

La crise politique actuelle est d’abord la délégation de pouvoir Le populisme en est le summum, et la souveraineté populaire le contraire..

D’où l’exigence d’une inversion totale de logique constitutionnelle : déboucher oblige à des compromis, mais avec une boussole. Dans l’absolu, faut-il un « chef » d’Etat, dont la nature monarchique enfreint l’exercice collectif de la démocratie ? Le « Gouvernement d’Assemblée » ne doit pas être un épouvantail, si l’Assemblée élue à la proportionnelle intégrale, travaillant en transparence, est l’organe d’une souveraineté populaire exercée sur elle en permanence.

Sans occulter le rôle de la pression internationale, l’échec soviétique a été grandement dû à l’incapacité (pour des raisons historiques) à mettre en œuvre les mots d’ordre d’abord des « soviets partout » puis de « l’Etat du peuple entier ’’.Et notre mutation majeure a été en 1966 de nous détacher du modèle pour ouvrir la perspective du passage au socialisme par la « démocratie avancée », le dommage ayant été de n’avoir pas su ou pu passer de l’annonce à la pratique.

Aujourd’hui les dégâts de l’idéologie délégataire obligent à réapprendre à un peuple à ne pas se borner à choisir à qui faire confiance.

De là le rôle du Parti. On a trop culpabilisé son rôle pédagogique (tout en inculpant justement l’adversaire de pédagogie du renoncement) : Etre pédagogue ne signifie pas diriger, mais aider à se diriger en donnant à voir des repères et à s’en servir.

La bataille de 1954 contre la CED a bien illustré à la fois l’exercice de la souveraineté populaire quand l’afflux des délégations à l’Assemblée a fait basculer la majorité pendant- le débat, et le rôle du Parti pendant 2 ans d’information et d’organisation de l’action. Et le 29 mai a montré que ce chemin peut être retrouvé, en n’oubliant pas que la pédagogie des peuples ne se fait pas dans des discours mais dans l’expérience de l’action.

Cela n’exclut pas de rassembler, mais si les forums centraux sont nécessaires,ils alimentent la délégation alors que les forums décentralisés nourrissent la souveraineté populaire, à condition de ne pas être seulement des lieux de consultation, mais où se prennent des décisions d’action.

(Roland Weyl, Créteil)

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation