HOMME CONTRE HOMME : ON EN REVIENT TOUJOURS A LA DIGNITE Jean-Michel Galano,

, par  communistes , popularité : 9%

Le capitalisme a une conception de l’homme antinomique avec la nôtre. Il lui faut un Etat qui sacralise le libéralisme, le mette hors de portée de la critique, en fasse une sorte de nature. D(où la culpabilisation d’un individu porté au pinacle quand il se dépolitise, quand il obéit, quand il applaudit, mais dépouillé de garanties collectives, isolé en face du capital ; un humanisme limité au « beau geste », à la redistribution des restes, à la gestion des bonnes et des mauvaises consciences. D’où le rôle de substitution conféré à des associations qui exonèrent les politiques de leurs responsabilités.

Le capitalisme a un levier : l’homme discriminé et discriminateur. Il a besoin d’une « armée de réserve » d’exclus qui assument leur exclusion, l’aggravent, la reproduisent.

Car l’homme spectateur est aussi un homme agressif qui voit un délinquant derrière chaque jeune, un hors-la-loi derrière chaque gréviste, un pédophile derrière chaque adulte, un fraudeur derrière chaque RMiste...
Si les choses n’en sont pas à ce point, c’est parce que des hommes et à des femmes refusent la peur de l’autre. Dans leur diversité, ils conjuguent au présent les valeurs qui sont les nôtres.

Pour nous l’homme doit être partie prenante des solidarités, sécurisé par des droits, responsable à la mesure de la citoyenneté dont il dispose. Un socle de protections conditionne l’épanouissement personnel. Les « libéraux » s’acharnent à représenter les droits sociaux comme une espèce d’armure médiévale qui alourdirait les individus : il ne faut pas reculer d’un pouce devant ce terrorisme. Si chape de plomb il y a, c’est bien celle des dispositifs tendant à opposer les salariés et les hommes entre eux.

Le communisme, c’est l’émancipation. Paternalisme, machisme, clientélisme, assistanat sont des archaïsmes avec lesquelles nul compromis n’est envisageable. C’est l’assistanat qui crée les assistés ... pas l’inverse !

Rien n’illustre mieux la différence de ces deux conceptions de l’homme que l’opposition entre la récrimination, hargneuse, cloisonnée, volontiers délégataire, et la revendication, généreuse, constructive, dans laquelle l’individu se conjugue au pluriel.

Tout ici dépendra de la volonté qu’auront les hommes d’imposer tel modèle ou tel autre, et de l’action du parti communiste en tant que force utile. Comme le disait un jour notre regretté Lucien Bonnaffé, « quand je vois la force des idéologies de chasse à l’homme, de mépris et de rejet du sujet différent, je ne prédis pas l’avenir : je le travaille. »

Jean-Michel Galano, Fédération des Hauts de Seine

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation