Identité et rassemblement pour l’alternative ! Thierry DUMEZ

, par  communistes , popularité : 9%

Le débat sur l’alternative prend une importance particulière après les graves problèmes soulevés lors des violences qui ont touché de nombreuses villes françaises.
L’indispensable intervention citoyenne, le développement des luttes revendicatives aide au débat sur la nécessité de perspectives de changements. Une meilleure perception de celles-ci contribue aussi à favoriser un engagement dans les luttes ...

Cette recherche d’alternative se pose avec acuité depuis le 29 mai, elle fait partie des préoccupations actuelles ...
Le PCF formule des propositions conjuguant initiatives immédiates, le débat sur le projet politique, et il aborde les futures échéances électorales avec le souci de l’intérêt collectif et de l’efficacité ...

Dans l’immédiat, la proposition de forums doit permettre de valider la démarche de rassemblement et la capacité de débattre pour préciser et pousser des propositions alternatives au service d’un changement de société ...
Pour réussir, le rassemblement est un facteur indispensable mais cela ne suffira pas. Il y a besoin de mettre du contenu dans des propositions alternatives répondant aux attentes et aussi travailler sur le besoin d’une force communiste pour réussir !

Le rassemblement n’est pas contradictoire avec la présence, l’influence, l’identité, le poids d’un PCF au service d’une alternative en France et en Europe.
La question peut être débattue sans esprit de clivage, ni esprit politicien mais au service d’une démarche efficace immédiatement et à long terme
La fonction rassembleuse du parti communiste est constitutive d’une activité autonome portant expression, lisibilité, identité dans la proximité comme au plan national.

L’alternative passe donc par le rassemblement, le contenu des propositions, l’influence, la force communiste.
L’expérience des années 80 montre d’ailleurs que la perte d’influence du PCF au profit d’un PS obnubilé par le pouvoir et l’alternance cela n’a jamais été facteur de progrès social.

La reconquête de l’influence communiste est une nécessité pour un rééquilibrage politique permettant de créer les conditions d’une véritable politique alternative en France. Si certain abordent les prochaines échéances électorales de façon politicienne, le PCF peut les aborder avec une perception positive comme ce qui a été construit lors du référendum.

Malgré le caractère antidémocratique de l’élection présidentielle, le problème pour le PCF n’est pas de créer « un préalable avec une candidature communiste » mais plutôt de faire grandir l’idée que celle-ci est une nécessité, un atout pour modifier le paysage politique actuel.

Cette présence, influence communiste sera aussi mise en évidence lors des législatives avec un lien plus étroit entre le quotidien et l’apport d’élus communistes au service des luttes et de la transformation sociale.
Il faut poursuivre le travail engagé dans la bataille référendaire où nous avons concilié, proximité, quotidien, projet et identité avec l’objectif majeur de permettre aux citoyens d’intervenir pour une pratique politique nouvelle.

Thierry DUMEZ, Seine-Saint-Denis

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation