Pour une candidature communiste à l’élection présidentielle Jean-michel biquart

, par  communistes , popularité : 5%

Le référendum du 29 mai dernier marque un tournant dans la politique française dont on a pas fini de mesurer les conséquences. Il y a eu un véritable retour du débat politique dont les citoyens se sont emparés pour ouvrir une nouvelle perspective de changement durable. Il faut rappeler rapidement quelles étaient le positionnement des partis et de leurs objectifs avant la campagne du référendum. Des partis de droite( UMP,UDF, FRONT NATIONAL) jusqu’à un grande partie du PS le consensus s’était établi qu’il fallait accepté les conséquences de la mondialisation capitaliste : la production doit servir à la recherche du profit boursier en permettant de licencier ,de faire baisser le coût du travail pour faire monter le taux de profit. D’ou le jeu de massacre des délocalisations qui s’est mis en place depuis des années rappelons ces derniers jours l’exemple de Hewlett Packard et les attaques contre les entreprises publiques EDF,AREVA ;SNCM.

Le consensus politique était si grand entre ces partis à l’exception du PCF et des formations d’extrême gauche( LCR, LO,ainsi que des organisations altermondialistes :ATTAC) que la bourgeoisie qui nous gouverne alternativement avec un gouvernement de droite ,mais aussi de gauche ( voir l’expérience JOSPIN de 1997 à 2002) avait décidé de franchir une étape supplémentaire avec la programmation du référendum sur l’europe qui devait graver dans le marbre les dogmes de l’ultralibéralisme, vu la situation politique à la veille du référendum un succès facile était prévisible !!

Face aux menaces qui pesaient sur les acquis sociaux comme l’existence de nos services publics, les régimes de la sécurité sociale et des retraites avec l’introduction dans la constitution européenne de la « concurrence libre et non faussée », le PCF décidait pratiquement seul de mener une campagne publique pour dénoncer le contenu ultra libéral de la constitution et le faire repousser par notre peuple ( à quelques mois du référendum ,le OUI était donné gagnant à 65%). Les arguments développés contre le rôle de la banque centrale européenne favorisant toujours plus le capital, le dumping social avec les niveaux de salaires différents dans les pays européens favorisant les délocalisations ont rencontré un écho croissant dans le pays traduisant le ras le bol des salariés face aux solutions libérales seules perspectives politiques à long terme.

Les échéances politiques de 2007 se présentent dans ce contexte de la victoire du NON et du recul de la résignation des salariés avec la large discussion qui s’est ouverte partout de réfléchir ensemble à la question d’une véritable alternative politique à notre société ultra libérale. L’expérience du référendum montre que le PCF doit se faire le porte parole d’un changement véritable lors de l’élection présidentielle et doit être présent au premier tour,ce ne sera pas un handicap au contraire ,l’exemple du référendum est la pour le démontrer.

Jean-michel biquart,
Fédération de l’Essonne,
Section Nord-Essonne,
91120 Palaiseau

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

AgendaTous les événements

septembre 2017 :

Rien pour ce mois

août 2017 | octobre 2017