VERS UN SOCIALISME DU 21ème SIECLE Sébastien MADAU

, par  communistes , popularité : 4%

Par Sébastien MADAU - La Ciotat - Bouches du Rhône

Le congrès du PCF intervient dans un meilleur contexte que le 32ème. Il survient après la victoire du NON. Mais l’essai reste à transformer. Plusieurs enjeux s’imposent à notre Parti. Tout d’abord, retrouver enfin ses valeurs et ses principes qui lui permirent de figurer comme un parti de masse. Rien ne pourra se construire sur des bases solides, si les communistes ne présentent pas -en plus du militantisme quotidien- un réel objectif, une réelle vision émancipatrice : la société socialiste. Non pas un socialisme à la Française, mais un socialisme du 21ème siècle. Tant que nous ne discuterons pas avec notre peuple d’un véritable projet de société, nous risquerons de nous perdre dans l’organisation de rencontres sans lendemain, facteurs de frustrations dont le Parti en sera, comme par le passé, la première victime. Si notre Parti se veut réellement rassembleur, il devra d’abord rassembler tous les communistes de France en son sein, avec l’assurance que les différentes sensibilités y seront respectées. Pour cela, nous devons effectuer un travail sérieux sur notre Histoire, non pas pour effacer d’un revers de main aveugle l’expérience socialiste des pays de l’est, mais en proposant une lucide analyse aboutissant à la fin des divergences au sein du mouvement communiste qui n’ont plus lieu d’être, 15 ans après la chute du Mur de Berlin. Notre Parti sera alors assez fort pour proposer un projet de transformation radicale de notre société et mener enfin une politique révolutionnaire. Une sortie des institutions européennes (UE, Euro) ainsi qu’un développement d’un internationalisme tourné vers le Sud est indispensable. Les communistes de France devront être les relais des luttes anticapitalistes et anti-impérialistes menées à travers le monde (Cuba, Venezuela, Palestine, Irak...).En France, rien ne pourra rapprocher le peuple à notre Parti, si nous ne prenons pas dès aujourd’hui, l’engagement de lancer une vaste politique d’abrogation des mesures adoptées par les gouvernements Balladur, Juppé, Jospin, Raffarin et Villepin. Ensuite, nous aurions la responsabilité de proposer une politique de rupture avec le Capital selon des concepts révolutionnaires, tirées de la théorie de Marx, certes réactualisée à notre temps. Une politique de justice sociale, de féminisme, d’écologie, de nationalisation, d’industrialisation, attendue par le peuple de France tout au long du 20ème siècle.

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation