Contribution au 33e congres (site PCF)

la stratégie et le PCF lui-même

Gilbert Khémaïs
Novembre 2005

Peut on se satisfaire pour les mois qui nous séparent des prochaines échéances de proposer une union semblable à ce qui s’est produit pendant la campagne du référendum ?

Faire le parralel entre la campagne du vote non, et celle pour un programme de gouvernement en devenir n’apparaît il pas comme un exercice de grand écart ? Quand les forces de la gauche se rassemblent dans les régions, les départements, les villes, n’est il pas de règle qu’une majorité s’en dégage pour laisser à chaque parti politique la marge nécessaire à diriger. Demain peut il en être autrement ?

Car si l’histoire ne se répète pas elle aurait parfois tendance à baiguéller. Alors comment se sortir du vote utile souvent au profit du PS, ou d’un deuxième tour bis répétita du 21 avril, ce qui serait catastrophique. Quelle place le parti communiste peut il se faire en s’accrochant à cette seule victoire que celle du 29 mai. N’est il pas temps de se creuser les méninges et de penser ensemble à de nouvelles formes d’union s’appuyant sur de nouvelles expériences, mais aussi sur les comités du non à la constitution. Car il faut cette fois se donner tous les moyens de réussir, sans doute que l’existence même de notre parti en dépend ?

La démocratie interdit elle d’imaginer des formes de programmes électoraux. Le parti communiste ne doit pas être à l’avant garde pour en inventer d’autres ? J’avance des pistes.

Une plate forme du parti communiste serait présenté aux Franà§ais en comparatif avec les programmes de ses alliés. En cas de victoire vers une union pour le deuxième tour, sur le terrain les militants viendraient aider à porter les débats sur les désaccords… Pour accéder à un programme qui serait ainsi étayé de nouvelles propositions amendées. Des comptes rendus d’étapes seraient communiqués sur les avancées obtenues, les Franà§ais étant les seuls juges..

Lors de la mise en œuvre des politiques, un rapport (comme celui de la cour des comptes) serait rendu public sur les applications et les retards dans les réformes, le temps d’une année parlementaire …J’évoque là quelques pistes « imaginaires  » que les délégués au congrès élaboreraient en profondeur…

. « Toujours le fond remonte à la surface et donne la forme  » écrit Victor Hugo. Veillons à ce que le fond de feu la gauche plurielle ne soit pas une fois encore la forme que nous proposerons au pays. Car ceux qui espèrent à changer vraiment la vie compte sur nous.

Gilbert Khémaïs

section de Gentilly, 94250

secteur des agents territoriaux

le 17 novembre 2005