Questions et réponses du débat sur la Chine

, par  pamillet , popularité : 5%

On peut faire un 1er tour de questions. On arrête à moins le quart, on a donc 40 mn devant nous, je prendrai 3 ou 4 questions.

- Bonjour, je m’appelle Hervé, je suis responsable de la version anglaise de l’Humanité sur internet qui a autant de lecteurs que la version française, parfois plus. Je voulais dire ma reconnaissance à la section communiste de Vénissieux pour l’organisation de cette rencontre en général et en particulier pour la réception accordée à nos camarades de notre parti frère chinois. Et j’en profite pour rendre hommage à un très grand dirigeant communiste, un très grand journaliste, un très grand anti-impérialiste du nom de Henri Alleg qui était aussi un très grand ami de la Chine. H. Alleg a écrit un livre sur la Chine que certains d’entre vous ont sans doute lu et qui s’appelle « Le siècle du dragon ». Dans ce livre, il déplorait bien sûr, le grand bond en arrière que consiste la chute de l’Union soviétique mais il disait également que dans les conditions de 1997, seule une puissance socialiste peut contenir l’impérialisme étasunien, à savoir la Chine populaire, la Chine socialiste. Et il est arrivé à cette conclusion après avoir fait preuve de son génie de journaliste en Chine après un très long voyage où il a interrogé les paysans, les ouvriers, les cadres syndicaux, les cadres du parti, comme il savait si bien le faire.

Il me semble qu’une façon de rendre hommage à H. Alleg, c’est de suivre son conseil de continuer la lutte anti-impérialiste en resserrant les liens entre les communistes du monde entier et avec les communistes chinois. Je pense qu’au moment où on se parle, au moment où il a été si bien expliqué, la paix du monde arrive à un moment critique où on ne sait pas exactement comment les choses vont évoluer mais elles sont inquiétantes. En France même la situation est inquiétante parce que notre parti communiste peut-être parce qu’il a pris une hypothèse communiste qui ne semble pas être validée pour l’instant par les résultats, a du mal à contenir les progrès du FN qui est fascisant et raciste. Donc c’est une situation où je pense que tous les communistes de bonne volonté du monde entier doivent se serrer les coudes et faire preuve de solidarité et de fraternité. Donc merci encore d’être ici.

En 2 mots, est-ce qu’on pourrait aborder la question de l’intervention de la Chine dans les pays du tiers monde telle que l’Afrique puisque une critique qui est faite souvent, j’entendais tout à l’heure « Ils ne font pas mieux que nos colonialistes etc. » Les Chinois sont souvent caricaturés en disant « Ben c’est comme toutes les multinationales capitalistes. Ils pillent les richesses du tiers monde ». Voilà. Donc pouvez-vous dire en deux mots quelles sont les différences de la politique de la Chine dans ce domaine.

- Je voulais faire une petite remarque, parce que c’est vrai qu’il y a beaucoup de questions. Je travaille dans le domaine de l’environnement et vous avez parlé de ce que vous appelez écologie et il est vrai que dans ce domaine là, la Chine a une très mauvaise image. D’ailleurs, vous l’avez-vous-même admis. Cela dit, moi qui travaille dans ce domaine, je peux vous dire quand même que j’ai appris par des relations, des gens où je travaille, qui sont allés en Chine, il y a quand même des avancées. Je suppose que vous les connaissez mieux que moi. En tout cas, j’ai appris qu’il y avait une ville entière, vous pourrez peut-être me le confirmer, qui était construite sur les bases de respect de l’environnement. Cela dit, ça n’empêche pas qu’il y a d’autres problèmes ailleurs. Et la 2ème chose que je voulais ajouter, c’est que dans mon domaine on a développé un concept qu’on appelle l’écologie industrielle. Et quand on discute avec les concepteurs, avec ceux qui théorisent sur le sujet, ils vous disent qu’en fait, ce concept, il vient de Chine. Et il s’appelle l’économie circulaire.

- Je crois qu’il faut observer, du moins c’est mon observation, j’espère que je ne vais pas choquer nos amis chinois. On appartient à des univers mentaux qui sont complètement différents. Et j’ai le sentiment effectivement qu’il y a dans nos comportements des choses qui peuvent les choquer et réciproquement. Mais c’est pas pour ça qu’il ne faut pas s’écouter. Moi je crois que c’est important. En particulier dans votre démonstration, il y a des catégories, des concepts, qui si on les transpose mécaniquement ne rendent pas compte du réel. Par exemple, en Chine, une multinationale quand elle s’implante, elle a 49% des actions. 51% sont chinoises. Donc, l’implantation ne se fait pas comme ça. Et j’ai le sentiment, pour avoir travaillé un peu sur cette question, que le concept public-privé, c’est quand même à géométrie variable. D’une certaine manière, les banques publiques, banques d’Etat sont toujours derrière. Donc, en dernière analyse, je dirais, le politique garde la main. Ce qui est loin d’être notre cas ici. Et effectivement, ce développement rapide n’est pas sans poser de contradictions, n’est pas sans poser de problèmes. Moi, j’ai un ami qui a fait 45 voyages en Chine, il m’a dit « en Chine je pouvais aller n’importe où. » C’était pas le cas en Union soviétique. Et il a été dans un désert en 2005, il y retourne cette année et il voit une ville d’un million d’habitants, qui a surgi du désert d’un seul coup, où il y a l’environnement, les arbres. Je veux dire, il y a un véritable souci de l’environnement. La Chine est à l’heure actuelle le pays où il y a le plus d’éoliennes au monde, la Chine est à l’heure actuelle le pays qui a le parc photovoltaïque le plus important du monde. Effectivement, ils ont un vrai problème, par exemple, la Chine, c’est la mise en service d’une centrale thermique par semaine, à charbon. Mais c’est aussi le pays qui voit mettre en service une université tous les mois. Tous les mois, une nouvelle université. Moi, je suis attentif à cela. Il y a des choses que je partage pas, j’ai une autre vision de ce qu’est un PC. Ils ont une autre vision. Faut les prendre en compte. En se respectant mutuellement. Voilà.

- Camarades chinois, dans votre conception du socialisme à la chinoise, ma question est celle-ci : la Chine va-t-elle encore développer cette économie capitaliste ? Et la question qui complète la 1ère, c’est, le développement des forces productives qui sont indispensables à l’instauration du socialisme, pourra-t-il se faire à l’avenir sans ce secteur capitaliste dans l’économie chinoise ?

- Je suis Congolais. Juste féliciter la présence des représentants du PC chinois dans ces rencontres internationales. Par contre, la question que je voudrais poser à nos amis Chinois, c’est concernant l’intervention de la Chine en Afrique. Vous avez vu récemment par rapport à la guerre en Syrie, la Chine a tracé une barrière que les Etats-Unis et la France n’ont pas pu traverser, concernant leur droit de veto aux Nations Unies. Mais pourquoi, malgré la présence de la Chine en Afrique, alors que certains pays en Afrique sont en guerre, pourquoi la Chine n’impose pas son droit de veto contre les guerres en Afrique ? Elle l’a fait pour la Syrie mais pas pour les pays africains, pourquoi la Chine ne fait pas ça en Afrique ? Voilà ma question.

- Moi, c’est une question mais c’est aussi une réflexion. Je vais aller très vite. Vous dites que le socialisme ne peut pas être réalisable dans tous les pays. Alors moi, ça m’inquiète un petit peu parce que je suis avant tout communiste et j’aimerais bien que dans mon pays ça arrive un jour. Je ne sais pas si je le verrai, bien entendu, mais au moins je travaille pour ça. Voilà. Ca m’inquiète en même temps de savoir. Je ne voudrais pas que vous restiez tous seuls.

- Bonjour. Ma 1ère question est sur la démocratie. Déjà, je parlerai un peu d’expérience. Il y a eu les jeux olympiques à Pékin en 2008. Il y a eu toute une campagne de diffamation par rapport à la Chine à ce moment là, avant les jeux. Et nous sur notre coin ? On avait réussi à organiser grâce à beaucoup d’étudiants chinois et un journaliste de Pékin, une contre conférence présentant la Chine, et avec beaucoup d’étudiants chinois qui n’étaient pas forcément du PC, il n’y en avait qu’un d’ailleurs sur une bonne vingtaine, je peux vous dire que, vu leur expérience et vu ce qu’ils racontaient, si la Chine était ? On aurait pas ces réactions des étudiants chinois qui avaient dignement représenté leur pays. Autre chose, je pense que c’est là-dessus qu’il faudrait tordre le mot, et que les communistes devraient être capables de faire, c’est quand on nous parle des Etats-Unis, la plus grande démocratie du monde. Faut être clair, la plus grande démocratie du monde, c’est la Chine. Donc, par rapport à la Chine, et par rapport à son fonctionnement démocratique, en Union soviétique, quand ça s’est écroulé, ils se sont rendus compte, oui c’est vrai, il y avait des défauts, il y avait des perversions, notamment la critique des dirigeants politiques n’était guère faisable. Par contre, ils se sont rendu compte avec l’arrivée du capitalisme, qu’ils pouvaient critiquer leurs dirigeants politiques autant qu’ils voulaient, tout comme chez nous et cause toujours. Par contre le dirigeant de l’entreprise, là, ils pouvaient le critiquer, ils pouvaient discuter de leurs conditions de travail dans les usines. Et une fois que le capitalisme, ça c’était totalement fini, comme chez nous. Donc, j’aimerais demander aux camarades Chinois, qu’elles sont les garanties, l’expression des ouvriers, est-elle possible dans les usines publiques et celles qui sont privées, par rapport à ça ? Ca me paraît important.

La 2ème question sera plus courte. C’est, parler de la Syrie. On sait qu’à la dernière rencontre des Brics, il y a eu une déclaration très forte. C’était : les Brics n’admettrons plus une ingérence dans un autre pays. Et on l’a vu avec la Syrie, ils ont tenu parole. Que ce soit la Russie ou la Chine, ont réussi à empêcher les Etats-Unis et la France d’intervenir dans un pays. Et c’était un échec de l’ingérence « humanitaire » qu’on nous sert depuis 1990, justement la chute de l’Union soviétique. Alors, ma question est là. Est-ce qu’au niveau des Brics, vous avez fait un bilan de la situation, par rapport à la crise autour de la Syrie ces derniers temps ? Merci.

Donc je pense qu’on va passer aux réponses. M. Ma, je vous redonne le micro pour une série de réponses. Il y a eu plusieurs choses, qui étaient plus des témoignages que des questions d’ailleurs. Voilà.

(la traduction des réponses chinoises est en cours)

conclusion

Je remercie encore une fois nos amis chinois. Et je suis très heureux de cette rencontre. On va travailler sur son compte-rendu. Vous avez déjà beaucoup de textes. On a un enregistrement, on va travailler pour publier les questions et les réponses. Et peut-être qu’on ira vers un projet d’édition d’un livre compte-rendu de tout ce travail. Et comme on l’a dit, on va poursuivre cette relation, en transmettant les questions à nos amis dans les semaines à venir pour que l’on puisse poursuivre cet échange en espérant qu’ils nous donnent des idées pour d’autres choses encore.

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation

AgendaTous les événements

septembre 2017 :

Rien pour ce mois

août 2017 | octobre 2017