quelques leçons récentes de l’histoire Introduction au débat de Pierre-Alain Millet

, par  pamillet , popularité : 9%

Nous avons un 3ème débat sur l’Otan en Afrique et au Moyen Orient. On vient de parler de l’état du monde et comment les communistes se situent dans cette situation internationale. Ce qu’on peut voit partout, du Mali en Syrie, en Afrique et au Moyen-Orient, c’est une intervention multiforme de l’Otan et des puissances occidentales qui semblent reprendre la main. Après la réinvention du socialisme latino-américain et le développement des nouvelles puissances indépendantes, il faut dire les choses, les puissances occidentales semblent reprendre la main dans ce nouveau Moyen Orient qui a été annoncé par la guerre états-unienne en Irak.

On parlait tout à l’heure du congrès actuel du PCF, le texte qui est proposé dit qu’on serait dans la fin d’une période du capitalisme et qu’on ouvrirait une nouvelle période de résistance alors qu’on a plutôt l’impression au contraire, d’un capitalisme à l’offensive, notamment dans toute l’Afrique et le Moyen Orient.

Donc, on a un besoin vital de connaître la réalité de ces pays dans leur complexité et leurs contradictions. en refusant les idées faciles que nous impose la propagande militariste de nos médias, mais sans se contenter non plus de slogans.

Parce que, bien sûr, on se rend compte que les médias occidentaux nous donnent une version qui est déformée parce qu’elle nous présente toujours l’Otan et les puissances occidentales comme des puissances sympathiques qui défendent les droits de l’homme et la démocratie. Or, nous on en a l’expérience et on a quelques leçons récentes de l’histoire.

Nous prendrons donc le temps de connaitre la position de communistes et de progressistes confrontés à de nouvelles formes d’intervention impérialiste contre la souveraineté des peuples, dans cette situation difficile à comprendre ou le Qatar, allié de la France, finance les rebelles syriens avec l’aide de la France, et finance aussi les islamistes qui occupent le nord du Mali, apparemment contre la France...

Nous remercions bien sûr tous nos invités, mais plus particulièrement nos invités maliens et syriens dont les pays sont ravagés par la guerre.

- Francis Arzalier, du collectif polex qui introduira ce débat
- Bassirou Diara, de l’Union Malienne, Rassemblement démocratique Africain, secrétaire général adjoint de la présidence du Mali
- Aissar Midani, syrienne enseignante en France, qui représente l’Union des patriotes Syriens
- Husseing Sabah, du PC Libanais
- Sette Diop, du parti de l’Indépendance et du Travail du Sénégal
- Rafah Alhity, du parti communiste d’Irak
- Gilbert Kouessi, du pari communiste du Benin

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation