9 mars et après... il reste du chemin à faire, mais le géant s’est réveillé !

, par  pamillet , popularité : 2%

Nous évoquions en appelant à cette manifestation du 9 mars l’enjeu principal : 1 million de signatures, combien dans la rue ? Et bien, nous avons fait la moitié du chemin, de l’ordre de 500 000 dans les rues, et donc bien sûr, la bouteille du mouvement social peut être vue comme à moitié pleine ou à moitié vide...

Il reste donc du chemin à faire, mais le géant [1] s’est réveillé !

Et il faut tenir compte de l’ambiance, autant dans les manifestations que... dans les médias.

Dans les manifestations, c’est la fierté de reprendre la rue après des journées d’actions bien moroses en Octobre... La diversité des participants, du secteur public et d’entreprises privées, mais aussi bien sûr des jeunes lycéens et étudiants en force, rassure dans le contexte général du "chacun pour soi" et de la difficulté à faire converger les luttes. Et tout le monde se dit...et si c’était reparti ? et si des dizaines de milliers de jeunes et travailleurs allaient prolonger cette journée et faire gonfler un front du refus de plus en plus déterminé ?

Dans les médias, c’est l’inquiétude et la mobilisation pour défendre la loi. Il faut avoir écouté sur des radios dites "intelligentes", genre France Culture ou Radio Classique, des chroniqueurs se déchainer contre ceux qui critiquent la loi pour mesurer à quel point cette loi révèle le conflit "de classes" comme on dit, qui divise la société. Le grand spéculateur Warren Buffet le disait clairement dans une déclaration célèbre "la lutte de classes existe, c’est un fait, et c’est la mienne, celle des riches, qui la mène, et qui est en train de gagner".... Mais quand on entend un éditorial radio affirmer que la loi est faite pour permettre aux précaires de trouver du travail, et que ce sont les jeunes bourgeois qui la combattent, on croit rêver ! Car, oui, la loi est faite pour permettre aux patrons de mettre toujours plus en concurrence les salariés, donc pour permettre de licencier un ancien pour recruter un jeune précaire, mais au total, pour fabriquer à la fois plus de chômeurs et plus de précaires...!

Car depuis l’invention de la "rupture conventionnelle", jamais les patrons n’ont pu se débarrasser d’un salarié aussi facilement, comme le montrent clairement les statistiques de pole emploi... Et ils en demandent encore plus parce-que dans encore un quart, au plus un tiers des situations, les syndicats et les comités d’entreprises leur mettent des bâtons dans les roues comme à FRALIB, où ils sont obligés de donner le site, ou à GOODYEAR, où ils perdent en justice, même s’ils se vengent, en obtenant du gouvernement de faire condamner les syndicalistes...

Les patrons savent bien qu’ils peuvent perdre en justice car leurs restructurations sont (presque) toujours justifiées non pas par des difficultés économiques, mais par les stratégies de croissance maximum des profits pour être le plus gros dans la guerre entre capitalistes...

Cette loi est donc faite pour casser les outils de défense des salariés, et pour généraliser la pression du chômage et de la précarité. Il faut absolument le cacher, et les médias font le boulot pour la défense de ceux qui les financent, leurs actionnaires, qui sont les grands acteurs de l’économie mondialisée.

Alors quand les médias s’énervent contre nous... je me dis qu’on doit être sur le bon chemin... reste à avancer plus nombreux et mieux organisés encore...

[1oui, le peuple debout est un géant

Annonces

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation