Pour faire reculer le danger fasciste Faire grandir la résistance aux oligarchies économiques unir pour la rupture avec le capitalisme ! Départ en tram devant la mairie. Rendez-vous à 13h

, par  Marie-Christine Burricand , popularité : 7%

Les communistes de Vénissieux, avec leurs élus, seront massivement présents à la manifestation contre le FN ce samedi 29 Novembre 2014 ! Ils porteront un appel à la résistance populaire au fascisme qui ne peut se construire que dans la rupture avec les politiques de domination et de mondialisation capitaliste, dans la reconstruction d’un espoir d’un changement de société, d’un espoir pour garder le cap à gauche, une gauche populaire et républicaine !

Une situation dangereuse

Notre pays s’enfonce dans une longue crise économique et sociale. Le peuple paie au prix fort l’avidité des grandes fortunes mondialisées. La vie est de plus en plus difficile et incertaine, une partie de la population s’installe dans la misère et la précarité, des droits qui paraissaient intouchables sont remis en cause.

Cela crée une crise politique profonde, conséquence de la complicité entre les gouvernements successifs et le patronat, leur soumission aux ordres de l’Union Européenne, bras armé du capital.

Il faudrait des mesures de justice sociale, rééquilibrer la balance du côté des travailleurs. Mais l’espoir a sombré devant les reniements et les mauvais coups du gouvernement Hollande. Comment s’étonner que dans ce désespoir populaire qui fait l’abstention, le parti de Marine Le Pen se soit placé au centre de la vie politique après les municipales et les européennes de 2014 ?

La situation est grave et dangereuse. Les élections municipales ont montré les rapprochements possibles entre la droite et le FN, le double jeu des identitaires et du FN.

Le fascisme, la face la plus noire du capital !

Le FN, comme tous parti fasciste, se présente comme un allié des « petites gens », l’anti-système. Il parle des problèmes quotidiens, propose des mesures sociales, défend la Nation contre l’Union européenne...

Mais au pouvoir, c’est une autre chanson qui s’applique aux peuples. Ils révèlent leurs vrais visages, meilleurs alliés des grands patrons qui le leur rendent bien. La famille Le Pen est une des grandes fortunes de France !

En Ukraine, c’est avec des néo-nazis que les riches oligarques imposent leur loi au peuple, les restructurations capitalistes, désorganisent la société, mettent à l’index la population russophone, créant les conditions d’une guerre meurtrière aux portes de l’Europe au service de la domination impérialiste US.

Le programme du FN vise d’abord à renforcer la concurrence de tous contre tous, à libérer les entreprises de toute contrainte, à favoriser tous les communautarismes.

Dénoncer le FN, cela ne suffit pas pour l’arrêter !

Depuis des années, nous pouvons constater que descendre dans la rue pour dénoncer l’idéologie du Front National ne suffit pas à le faire reculer. De plus en plus de gens, excédés par une alternance qui ne change rien et fait toujours pire, envisagent de voter FN, un vote qui n’a jamais été gagnant.

Pour eux, il n’y a rien à attendre de la gauche et de la droite. Ce sont toujours les mêmes qui sont servis, les grandes fortunes du monde entier qui rêvent d’exploiter sans limites, et organisent pour cela la guerre entre les travailleurs de tous les pays. Le carburant du vote FN est dans ces politiques de « concurrence libre et non faussée ». Le racisme est l’arme pour construire des boucs émissaires et empêcher le peuple de s’unir.

Pour battre le FN, reconstruire un choix populaire de rupture

La seule alternative populaire au fascisme est dans la bataille pour des mesures de rupture :
- Nationalisation des secteurs bancaires et financiers, des secteurs vitaux pour le pays, et notamment re-nationalisation immédiate d’EDF-GDF et de la Poste
- Plan de développement des services publics, en priorité école, santé, transports et postes avec les embauches statutaires nécessaires
- Remise en cause fondamentale de la dette publique organisée par le système financier.
- Interdiction des licenciements et des délocalisations et appropriation par les salariés avec le concours de la force publique des entreprises désertées ou bradées par leurs actionnaires
- Augmentation significatives des salaires, des pensions et minima sociaux
- Rétablissement de la retraite à 60 ans à taux plein avec 37,5 années de cotisation et départ dès 55 ans pour les métiers pénibles
- Blocage des prix des produits de première nécessité
- Construction de logements sociaux à hauteur des besoins, blocage des loyers et interdiction des saisies et expulsions pour les familles en difficultés
- Non application des directives européennes et réaffirmation de la souveraineté populaire de la France
- Sortie de l’alliance atlantique, refus d’intervention militaire de la France dans un pays souverain

U.E, Euro, arrêtons les dégâts ! Ne laissons pas détruire les nations !

- En 2000, le passage à l’euro nous a été imposé, il découlait du Traité de Maastricht.
- En 2005, les français constatant les dégâts ont exprimé leur refus de perte de leur souveraineté nationale en votant Non au Traité Constitutionnel européen.

Sarkozy a foulé au pied la démocratie en imposant finalement ce traité au peuple et Hollande ne fait pas mieux aujourd’hui face aux directives de la Commission européenne.

Attaquée par en haut par l’Union européenne qui impose ses directives, attaquée par en bas par l’Acte 3 de la décentralisation qui affaiblit les communes et départements et crée de grandes régions, la nation – celle de Jaurès et de Robespierre- est lourdement attaquée. Dans sa course aux profits sans entrave, le capital a besoin de détruire les cadres que se sont donnés les peuples pour organiser leur vie ; en Ukraine, en Syrie, en Lybie, c’est la guerre. En France ce sont des réformes institutionnelles.

Arrêtons de tenter d’expliquer au peuple que nous allons transformer l’Union européenne, alors qu’il constate tous les jours ses méfaits, son inaccessibilité, son engagement guerrier dans plusieurs conflits internationaux.

Nous devons reprendre notre droit de décider dans le cadre national, pour construire enfin de nouvelles coopérations mutuellement avantageuses, en Europe comme dans le monde pour une France solidaire, avec tous les pays non alignés, ces « BRICS » qui font si peur à l’occident impérialiste.

Vénissieux, une ville engagée contre l’extrême droite.

Troisième ville de l’agglomération, Vénissieux a toujours résisté à la droite et à l’extrême droite, et l’a fait reculer depuis le choc de son résultat de 1995. Cette résistance s’est fait sur la base d’une politique qui a gardé le cap à gauche : Maintien de 50 % de logements sociaux, développement des services publics dans tous les quartiers, solidarité aux salariés en lutte et défense de l’emploi industriel, accès aux transports publics et à de grands équipements culturels et sportifs, protection des plus démunis... malgré la baisse des dotations aux collectivités et les menaces qui pèsent sur le pouvoir de décision des communes.

Nous travaillons avec détermination pour unir les Vénissians et développer une ville rebelle et solidaire. Comme d’autres villes communistes, la droite utilise les manœuvres malhonnêtes des identitaires exclus du FN pour tenter de faire annuler les élections. Et les dirigeants du FN déclarent mettre toute leur force à construire une liste à Vénissieux.

Nous ne les laisserons pas déstabiliser la Ville La bataille contre la droite et le FN, c’est tout de suite à Vénissieux !

- Jeudi 11 décembre, meeting de soutien à la majorité municipale (salle Joliot-Curie)
- Samedi 31 janvier 2015 : Rencontres Internationalistes avec les ambassadeurs de Cuba, du Vénézuela et de Bolivie, des dirigeants communistes d’Europe de l’Est, un représentant du maire de Jénine...

contact, pcf@venissieux.org, http://levenissian.fr

Annonces

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation