Haiti : pornographie compassionnelle néocoloniale

La dette extérieure d’Haïti, une hypocrisie franà§aise

article de Etant DUPAIN et Maxime VIVAS
Janvier 2010

Haïti vient d’être frappé par un terrible séisme. Chacun y va de sa larme. Mais cette catastrophe s’ajoute à d’autres, évitables celles-là , réparable pour l’une d’elle. Sans elles, le drame d’aujourd’hui aurait des effets moins cruels et des vies seraient sauvées en ce moment même. Car les conséquences d’un tremblement de terre ne sont pas identiques dans un pays riche et dans un pays pauvre, ruiné et pillé. La France accorde une aide humanitaire dont nous devrions être fiers ? Il vaudrait mieux qu’elle rende à Haïti ce qu’elle lui doit.

En 1803, après 300 ans d’esclavage, Haïti se souleva et mit en déroute l’armée franà§aise. Vint ensuite la déclaration d’indépendance abolissant l’esclavage en 1804. En 1825, les Franà§ais exigèrent le paiement d’une somme équivalente à 21 milliards de dollars actuels pour reconnaître l’indépendance du pays et renoncer à une nouvelle invasion. …

Et tous les grands médias, télévisés ou écrits, de CNN à Libération et à la Dépêche du Midi font leur chou gras de cela. Bien sûr on exprime sa « solidarité avec les victimes de la catastrophe ». Même si l’on est parfaitement conscient que « la gamine qui pleure ensevelie sous les décombres, excellent c’est bon à§a coco, double tirage demain, avec encart central ! ». Car il faut montrer : Il y a urgence à transmettre, tout et n’importe quoi. Au point de faire quelques erreur. Vous comprenez, dans la précipitation … Séisme : Libé confond Haïti et la Chine

Haïti : France 3 utilise des images de Californie

Et puis bon, on va pas non plus compter les morts un à un.

Enfin si certains,

nos bons « Franà§ais ».

Ou les braves soldats de la mission de pacification de l’ONU.

Deux victimes franà§aises, un drame, 10 victimes, une tragédie. 50, une catastrophe. 100,, un cataclysme. Parfois, si dans le tas, il se trouve un auteur connu, on peut l’évoquer. Sinon dans tous les cas on dira 100 000 morts. Et puis on retrouvera les bons franà§ois rescapés qui raconteront l’horreur.

Bien sûr que nous allons envoyer une mission d’aide d’urgence.

Et les ONG lanceront une collecte de fond, ou de produits de première nécessité.

Vous comprenez ces pauvres, il FAUT les aider. Et notre bonne conscience s’en portera d’autant mieux.

Et puis on oubliera, on aura fait notre devoir de « citoyen du monde », et les choses reprendront leur cours normal. accident : trois chiens écrasés, deux chats amputés. Et Le pays sombrera de nouveau dans la violence, l’exploitation, et peut être subira une nouvelle catastrophe naturelle … mais celle là , il n’y aura pas de Franà§ais, pas de soldats de l’ONU, alors forcément, seulement 25 000 nouveaux morts à§a ne fera pas la couverture des gazettes. Ainsi va la hiérarchie de l’information humanitaire.

Je suis cynique ? Certainement.

En colère ? également.

Nous avons depuis quelques semaines à Vive Tv des camarades venus d’Haiti qui travaillent avec nous et qui se forment à la communication populaire.

Et les premiers mots qui leurs viennent voyant l’attitude de l’Occident, c’est :

« hypocrisie » « mensonge » « honte » Pourquoi ?

lire la suite sur le site

Voir en ligne : sur le site canempechepasnicolas

Vos réactions

  • anne.brouet 18 janvier 2010 14:13

    Je viens de lire ton article sur Haïti. J ’ajouterais qu’un certain Jules Ferry a fait payer la dette à ce peuple miséreux. De plus cette aide qu’apporte les Etats Unis ne m’apparaît pas si « désinteressée », vont-ils profiter de l’opportunité de cette aide pour s’installer dans cette partie du monde près de Cuba, du Vénuzuela et faire de Haïti une nouvelle base américaine ? J’ai regardé les journaux dimanche et les sauveteurs ont paraît-il déployé le drapeau US, immédiatement le Président de Haïti a réagi et ce drapeau a été enlevé. Effectivement les images que l’on voit à la télé sont des images pour nous faire oublier qu’avant cette terrible catastrophe personne ne s’occupait de ce pays sans eau potable où la misère est quotidienne. Les gens sont d’ailleurs traités avec mépris les « larquages » de vivres par hélico me choquent, ces pauvres gesns se battent pour survivre, mais ils en ont hélas l ’habitude. Cet événement venant se superposer à une misère terrible (pas d’eau, de médecins, d’hopitaux ect …). Annie Brouet