Vénissieux confirme. Il y a une voie contre la droite et l’austérité !

, par  pamillet , popularité : 73%

L’élection municipale partielle de Vénissieux est riche d’enseignements, bien sûr pour Vénissieux, mais aussi, dans le contexte des élections départementales, pour tous ceux qui cherchent comment sortir du piège médiatique organisé conjointement poar l’UMP et le PS tour pour "empêcher l’élection du candidat FN". Pour le monde du travail, les quartiers populaires, ce piège conduit à voter pour ce PS de l’austérité, ou pire même, pour l’UMP Sarkosyste que ces mêmes électeurs avaient rejeté massivement en 2012...

Car, contrairement à la majorité des résultats départementaux, le résultat Vénissian est caractérisé par un FN contenu, une droite en recul, un PS qui s’effondre, et une majorité de large rassemblement animé par les communistes qui progresse !

Élections Abstentions Nuls Gauche PCF PS Droite Extrême-Droite
200803 T1 Municipales 51,70% 1,83% 52,61% 36,22% 11,17%
201403 T2 Municipales 52,41% 1,61% 37,65% 21,68% 30,40% 10,27%
201503 T2 Municipales 60,54% 0,94% 42,86% 12,28% 32,24% 12,62%

Certes, l’abstention progresse nettement, ce qui n’étonne pas pour une élection partielle. Mais au-delà, la question fondamentale de la place de l’élection dans la vie politique et de son utilité pour le peuple reste ouverte. Cela dit, les abstentionnistes aussi ont envoyé un message à la droite. S’ils sont trop nombreux à ne pas éprouver le besoin d’agir pour soutenir la majorité municipale, ils n’ont aucunement l’intention d’aider la droite ou l’extrême-droite à changer de majorité !

Mais les résultats confirment bien cette originalité Vénissiane :
- le FN est contenu, il ne progresse que très peu alors que pour la première fois, il était présent dans la stratégie "Bleue Marine" du FN dédiabolisé.
- la droite recule sur 2008, bien qu’elle ait récupéré une partie de l’électorat socialiste qui avait été mobilisé sur l’objectif "80 ans de communisme, ça suffit", et dont une part a choisi le vote le plus utile pour cela... [1]
- le PS s’effondre malgré le soutien remarqué de Gérard Collomb

La confirmation d’une injustice : l’affront est lavé !

Les juges avaient justifié leur décision d’annulation des élections de 2014 par un raisonnement arithmétique qui faisait fi de toute cohérence ou logique politique. L’écart entre la liste arrivée en tête et la deuxième (955 voix) était inférieur au score de la liste mise en cause (1355). Et Mr Girard se faisait fort d’affirmer qu’effectivement les électeurs de la liste identitaire aurait pu voter pour lui. Il y croyait tellement qu’il a tout fait pour tenter d’être la seule liste de droite, ce qui l’a conduit à jouer l’équilibriste entre une présentation "divers droite" presque centriste, intégrant d’anciens socialistes dans sa liste, et des discours musclés contre le mariage pour tous dénonçant la pseudo théorie du genre, pour attirer les électeurs intégristes, ceux du FN comme ceux que le socialiste Ben Khelifa tentait de mobiliser en promettant le Halal à la cantine... [2]

L’élection des 22 et 29 mars 2015 apporte une réponse claire à Mr Girard, mais aussi aux juges qui avaient fait l’autruche sur le sens politique de leur décision. Non, si la porosité entre électorat de droite et d’extrême-droite est bien réelle, la concurrence entre le FN et l’UMP bat son plein, comme le montrent aussi les dernières départementales, et le FN a sauté sur l’occasion pour tenter de déployer enfin à Vénissieux sa stratégie "bleue marine". C’était prévisible, ce dont les juges auraient du tenir compte. De très nombreuses élections sont désormais à la merci d’une manipulation de candidature et quand on entend Mr Girard dénoncer de nouveau des candidats "à l’insu de son plein gré" qui se seraient fait piéger en 2015 alors qu’ils l’auraient déjà été en 2014, on comprend mieux qu’il aurait fallu refuser l’annulation et sanctionner les seuls tricheurs !

Mais comme l’a dit Michèle Picard au soir de la victoire "l’affront est lavé", les Vénissians ont creusé l’écart qui dépasse désormais 1200 voix et 10% ! On peut parier que l’UMP y regardera à deux fois avant d’autoriser Mr Girard à repartir en justice et que les juges seront de toute façon plus attentifs au sens politique de leur décision.

Une défaite cinglante de la droite, à contre-courant du contexte national

Christophe Girard avait fait le forcing ces derniers jours pour faire croire qu’il pouvait faire tomber la ville communiste. La version officielle était "Pour que Vénissieux change" tandis qu’une version plus populiste collée dans des affichettes anonymes dans la ville était "Picard Dégage". Patatras, non seulement, Michèle Picard remporte haut-la-main cette réélection, mais Christophe Girard ne retrouve même pas ses voix de 2014. Pire, il perd 1033 voix sur le total droite de 2008 alors que l’extrême-droite reste stable.

La droite dite classique perd ainsi 4% de 2008 à 2015, et le total droite et extrême-droite perd 2,5% ! Dans le contexte de progrès de la droite partout aux départementales, de sanction lourde du parti socialiste, et le plus souvent de la gauche "classique", la situation Vénissiane est vraiment originale.

C’est une défaite cinglante et personnelle de Christophe Girard qui n’a eu de cesse depuis des mois de se présenter comme le chevalier blanc qui allait terrasser le vieux communisme municipal. Ses discours arrogants et prétentieux, sans compter leurs caractères mensongers et diffamatoires, l’ont enfermé dans un populisme extrémiste qui a été clairement rejeté par les Vénissians.

Une victoire claire du rassemblement des Vénissians pour "Tenir le cap à gauche"

Vénissieux est constitué de plusieurs quartiers très différents, et la liste de Michèle Picard progresse dans tous ces quartiers. Elle est devant partout, même dans les quartiers qui étaient historiquement à droite comme Parilly, ou dominé par le PS comme le quartier du Moulin à Vent. Dans ce quartier limitrophe de Lyon, le PS connait une chute vertigineuse, faisans 4 fois moins de voix que Michèle Picard !

Tout le monde connait la colline populaire des Minguettes et ses grands ensembles transformés depuis 10 ans par le choix affirmé d’en faire une vraie ville, avec des équipements structurants, une offre de logement diversifié, tout en défendant le droit de ses habitants à y vivre ! Le PS en avait fait son objectif prioritaire en instrumentalisant des jeunes issus ou influencés par le mouvement de la "marche des beurs". Mais il s’est enfermé dans une fuite en avant communautariste se réduisant au Hallal à la cantine (voir plus haut). Et les habitants ont vu avec surprise des voyous connus pour organiser le trafic se transformer en soutien électoral du PS ! Le résultat est sans appel. Le PS perd près de la moitié de ce qu’il avait mobilisé en 2014, et Michèle Picard y fait sa plus forte progression de la ville ! Il faut noter cependant que la droite progresse aussi sur ce quartier très populaire. C’est là qu’elle a cherché le vote islamiste en axant ses derniers jours de campagne sur l’homosexualité et la théorie du genre...

A noter que les voix de Lutte Ouvrière se sont massivement reportées sur Michèle Picard (322voix LO pour 462 voix gagnées par Michèle Picard) sauf dans quelques bureaux (Anatole France [3], Paul Langevin [4], Clos Verger [5])

Enfin, il faut faire son sort à une idée qui ressort dès que les communistes font un bon résultat... Il n’y a pas de report de voix du FN sur le PCF contrairement aux délires journalistiques qui cherchent à tout prix à justifier des discours idéologiques. Dans les quartiers où Michèle Picard progresse nettement au-delà de l’apport des voix LO, c’est la droite qui progresse sur le dos du FN. C’est très nettement le cas aux Minguettes, ou le FN perd 38 voix entre les deux tours et où la droite en gagne 66, alors que c’est là où Michèle Picard progresse le plus au-delà de LO (+76 voix). Et si dans le centre et Parilly, les pertes de voix FN ne profitent pas à la droite, ce sont les quartiers où Michèle Picard progresse le moins entre les deux tours ! Droite et Extrême-droite y perdent ensemble 114 voix, quand Michèle Picard n’en gagne que 19 au-delà de LO... Le seul bureau ou la question pourrait se poser est le bureau Jeanne Labourbe, où 20 voix perdues du FN ne se retrouve pas à droite alors que Michèle Picard en gagne 17de plus que l’apport de LO, sauf que le PS en perd aussi sur ce bureau 24 et qu’il y a 28 abstentions de plus.

Non, il n’y a aucun lien entre les gains de Michèle Picard et les pertes du FN [6] Décidément, les mythes politiciens ont la vie dure !

Vénissieux est conforté dans sa légitimité au sein de la métropole

Gérard Collomb avait fait de cette campagne un objectif personnel. Il est venu 4 fois en deux semaines sur les marchés ou dans un meeting. C’était déjà une des rares villes où il s’était déplacé en 2014, laissant tomber sans sourciller des villes socialistes pourtant en difficulté... Mais en 2015, il bat les records. Il est venu plus souvent pour tenter d’affaiblir le maire de Vénissieux que durant tout le mandat pour aider les projets de la ville !

Il faut espérer qu’il entendra le message et prendra le temps d’un dialogue en vérité avec le maire et la majorité politique de la ville. La métropole ne peut se faire contre les communes, et surtout pas contre la troisième ville de l’agglomération, forte de ce résultat sans ambiguïté pour Michèle Picard, comme pour Gérard Collomb !

Résultats électoraux aux élections locales à Vénissieux depuis 2001

Résultats en % des inscrits

Élections Abst Nuls LO PCF PS Divers Gauche Gauche PCF Verts-Modem Divers Droite Droite Extreme-Droite
200103 T1 Cantonales 51,11% 2,08% 0,85% 16,53% 6,85% 5,15% 5,42% 5,47% 6,53%
200103 T2 Cantonales 52,56% 3,64% 32,48% 11,32%
200104 T1 Municipales 50,21% 3,00% 4,24% 19,43% 4,84% 1,89% 6,08% 10,30%
200104 T2 Municipales 51,71% 1,58% 23,65% 7,04% 7,79% 8,23%
200803 T1 Cantonales 52,88% 1,37% 16,20% 6,77% 2,75% 3,11% 11,21% 5,70%
200803 T1 Municipales 51,70% 1,83% 24,45% 16,83% 5,19%
200803 T2 Cantonales 66,43% 1,49% 22,81% 9,27%
201403 T1 Municipales 55,75% 1,57% 1,14% 8,93% 1,61% 13,11% 1,01% 11,97% 4,91%
201403 T2 Municipales 52,41% 1,61% 9,97% 17,31% 13,98% 4,72%
201503 T1 Municipales 59,37% 0,96% 1,10% 5,95% 14,94% 11,36% 6,32%
201503 T2 Municipales 60,54% 0,94% 4,73% 16,51% 12,42% 4,86%

Résultats en voix

Élections Abst Nuls LO PCF PS Divers Gauche Gauche PCF Verts-Modem Divers Droite Droite Extreme-Droite
200103 T1 Cantonales 13346 544 223 4317 1789 1344 1414 1428 1706
200103 T2 Cantonales 13723 950 8481 2957
200104 T1 Municipales 13171 787 1112 5098 1269 497 1596 2702
200104 T2 Municipales 13564 414 6203 1848 2043 2160
200803 T1 Cantonales 14635 379 4482 1874 762 862 3102 1578
200803 T1 Municipales 14376 510 6798 4681 1442
200803 T2 Cantonales 18383 412 6313 2566
201403 T1 Municipales 16000 451 327 2562 463 3763 290 3436 1408
201403 T2 Municipales 15043 462 2862 4967 4012 1355
201503 T1 Municipales 17438 283 322 1748 4387 3337 1856
201503 T2 Municipales 17782 277 1389 4849 3648 1429

[1A vrai dire, la situation locale s’y prête puisque la liste de droite avait un syndicaliste CFDT de l’usine Bosch ancien socialiste, (celui qui a fait signer les salariés pour les accords de remise en cause de leurs droits qui ont abouti à la perte de 600 emplois et la mise en cause globale du site...), et était soutenu par un ancien candidat PS passé à l’UMP...

[2Oui, il ne l’a pas écrit, se cachant derrière le "sans viande", mais tous ceux qui faisait du porte à porte aux Minguettes ont constaté que c’était ce que les habitants en avaient compris

[3MP ne gagne que 12 voix alors que LO en faisait 24

[4MP gagne 0 voix alors que LO en faisait 8

[5MP ne gagne que 1 voix alors que LO en faisait 19

[6pour Pour ceux qui aiment les statistiques, le coefficient de corrélation est de ... -0,08...alors qu’on constate une relative corrélation entre les pertes FN et les gains d’abstention... -0,43

Annonces

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation