Elections municipales et métropolitaines 2020
Vénissieux : Michèle Picard lance la mobilisation pour le rassemblement !

, par  pamillet , popularité : 14%

La dynamique est bien lancée ! Michèle Picard a annoncé sa candidature dans une conférence de presse ouverte aux citoyens, plus de 50 habitants de Vénissieux représentatifs de la diversité de la ville venus l’accompagner pour s’engager dans la campagne.

Elle a présenté le bilan du travail de l’équipe municipale, un bilan remarquable dans le contexte général de remise en cause des communes et de leurs moyens, de régression des services publics. Malgré tout cela, la ville a réalisé le contrat municipal passé avec les Vénissians en 2014. Vénissieux continue à concilier développement et proximité, culture et solidarité, continuité d’une ville belle et rebelle et innovation d’une ville moderne et ouverte. Les nombreux labels et reconnaissance obtenus le confirment !

Conférence de presse de Michèle Picard, 5 Septembre 2019

André Gérin a complété l’intervention de Michèle Picard en rappelant l’histoire des luttes de la ville face à la droite et l’extrême-droite, soulignant l’enjeu régional et national de cette bataille de Vénissieux.

Les questions posées par les journalistes ont permis de souligner la dynamique engagée.

- pourquoi vous représentez-vous alors que tant de maires renoncent ?
en résumé, michèle picard leur a dit « comme maire communiste, je suis une combattante, vous croyez que je vais laisser la ville à la droite ou l’extrême-droite ? »
- croyez-vous que le rassemblement que vous souhaitez va se réaliser ?
c’est serge truscello pour la section PCF qui répondra : « Bien sûr, parceque nous allons mettre en débat le projet pour notre ville, que ce n’est pas pour nous une question de personne. Nous avons eu des discussions avec toutes les forces de la majorité et s’il est normal de se parler et si la métropole complique les choses, nous sommes confiants pour prolonger la majorité municipale afin de mobiliser largement pour battre toutes les droites ! »
- comment comptez-vous mener cette bataille électorale ?
Michèle Picard répondra simplement : « avec les habitants ! comme nous le faisons avec cette conférence de presse, nous allons mettre le projet en discussion dans la ville et inviter tous ceux qui aiment Vénissieux à contribuer, se mobiliser pour construire un rassemblement vénissian encore plus large ! »

Une dernière question d’un journaliste a fait rire la salle, mais a permis en un mot de résumer la situation !
- Mr Blein va-t-il vous soutenir ?
Serge Truscello a été direct dans sa réponse. « Mais Mr Blein, c’est la droite, et son seul souci, c’est de battre la gauche à Vénissieux ! »

Les communistes de Vénissieux avaient annoncé en Juillet vouloir relever le défi de l’abstention populaire, le défi de la gauche ! Car ces dernières années, la recomposition politicienne bouscule les repères, change les têtes et les noms des partis, mais la politique reste la même, dure pour les petits et les services publics, toujours au profit des plus riches. C’est dans ce contexte que se préparent les élections municipales et métropolitaines, dans cette agglomération lyonnaise qui a été le terrain expérimental de l’alliance gauche-droite construite par Collomb avant de devenir le mouvement en marche.

Mais la majorité Collomb-Kimelfeld est inquiète, bien sûr de la division du fondateur de la métropole et de son successeur, mais surtout de l’impossibilité de continuer à faire croire qu’on peut être élu avec l’électorat de gauche et mener une politique de droite avec... des élus de droite.

C’est Gérard Collomb qui avait justifié fin 2016 le lancement de Emmanuel Macron en affirmant que Hollande ne pouvait pas repartir avec ses promesses de 2012 de se battre contre la finance, bref, de mener une campagne à gauche pour mener une politique à droite. Mais cette remarque justifiée s’applique désormais à beaucoup de députés en marche anciennement socialiste comme Yves Blein ! Comment peut-il être candidat ? s’il tente de faire croire qu’il est toujours de gauche, il perdra les voix de droite dont il a besoin pour gagner, et s’il reconnait qu’il est bien de ce centre-droit en marche, il perd les voix de gauche qui lui restent..

Le nouveau monde macroniste croyait avoir inventé la martingale politique pour se faire élire "en même temps" par la gauche et par la droite, mais les européennes ont montré que finalement, cela ne fait pas 20% !

Oui, la gauche est en crise, elle est divisée, et le parti communiste en pleine réorientation a du pain sur la planche pour se reconstruire. Mais la gauche rassemblée peut relever ce défi ! Et Vénissieux a toujours l’énergie de la ville belle et rebelle qui s’affirme dans l’agglomération et dans le pays !

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation