Recomposition politique forcée dans le Var Intervention de Jean-Pierre Meyer du Var

, par  communistes , popularité : 7%

Je tiens ici, une fois encore, à malheureusement dénoncer le déficit de notre fonctionnement démocratique interne et à vous faire part de la colère et de l’insatisfaction de la très grande majorité des communistes varois.

A 85% ils ont adopté l’offre nationale relative au Front de Gauche élargi, désigné Jean-Marc COPOLA comme chef de file régional et Alain BOLLA comme tête de liste départemental.

Cette architecture ne semblait poser aucun problème, jusqu’à ces derniers jours, où le Parti de Gauche a revendiqué la tête de liste Varoise. De ce moment, nous avons eu à subir toutes sortes de pressions et d’appels très discutables à la « responsabilité », jusqu’à l’intervention personnelle de Marie-George BUFFET pour nous demander de céder, renvoyant à la Conférence Régionale du 12 janvier, la décision finale sur la désignation du tête de liste du varois. Le Var devenait un enjeu national et la cause d’un blocage général !!!*

Le 9 janvier, alors que les communistes de notre département étaient réunis en Assemblée Générale, pour traiter de ces derniers soubresauts et qu’à la quasi unanimité, ils confirmaient leur chois précédent et refusaient de céder aux injonctions qui leur étaient faites, l’Humanité, Var Matin, La Provence, dans leur édition du même jour, annonçaient que tout était réglé, que le Parti de Gauche aurait, entre autres, 19 têtes de liste départementale, dont le Var !
L’Histoire était donc écrite, exit le vote des communistes, le choix de la Conférence Régionale devant se réunir trois jours plus tard était déjà dicté ! (acquis ?). C’est inacceptable !

Après avoir ainsi cédé au Parti de Gauche, à cette heure, comme vient de le confirmer Pierre DHARREVILLE dans le rapport introductif, le PG reste insatisfait et refuse toujours de signer l’accord électoral local, considérant ne pas avoir assez d’élus potentiels !!! Pourquoi se gêner ?!

Cette nouvelle aventure me conduit à vous livrer l’appréciation et l’état d’esprit de la très grande majorité de mes Camarades du Var :

Nous n’attribuons pas cette situation à des manquements ou des erreurs. Nous pensons fermement qu’il s’agit de choix délibérés qui s’inscrivent dans une opération de recomposition politique dans le Var et dans la Région.

Nos adversaires de classe n’ont jamais renoncé à vouloir tuer le PCF, cette perspective est plus que jamais à l’ordre du jour pour celles et ceux qui travaillent d’arrache pied aux recompositions politiques pour l’alternance.
Nous ne partageons donc pas les choix qui sont faits, nous ne les cautionnons pas, nous ne prendrons pas la responsabilité des dégâts qu’ils peuvent entraîner.

On nous impose des conditions inacceptables, elles ne nous détournerons pas de notre volonté de faire du Front de Gauche élargi, un outil politique de lutte, de transformation sociale et d’alternative politique et surtout pas d’en faire à terme une organisation.

Pour ce faire, nous ferons donc une campagne visible, lucide du Parti Communiste, pour faire élire, au sein du Front de Gauche, le plus possible de nos Camarades du Parti Communiste Français. Toutefois, l’affaire ne saurait en rester là, jusqu’aux prochaines échéances électorales où les mêmes schémas pourront se reproduire. Il y a urgence à revoir précisément nos règles de vie, pour que la souveraineté des adhérents ne soit plus un gadget, mais bien une réalité !

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation