Vénissieux : l’internationalisme au travail ! Du Chili en Palestine, de Chine au Vénézuela : Effort de connaissance, solidarité, fêtes et chansons...

, par  pamillet , popularité : 10%

Quelle richesse militante !

De l’inauguration des expositions vendredi à la soirée fraternelle toute en chansons le samedi soir, ce sont encore 200 internationalistes qui se sont rencontré les 8 et 9 Novembre à Vénissieux, pour discuter avec trois ambassadeurs d’Amérique Latine sur leur manière d’aborder leur coopération, pour un long débat attentif avec la délégation chinoise, pour rendre hommage à Allende et Chavez et donner de la force aux messages de Walid Okais et Salah Hamouri pour la liberté et la paix des peuples du moyen-orient, ces deux jours ont été d’une rare intensité...

Les rencontres se sont conclues par un court appel adopté par applaudissement qui résume l’état d’esprit combatif et fraternel de ces rencontres.

Les participants aux 6emes rencontres internationalistes de Bénisseuse appellent le peuple Français à se mobiliser contre toute intervention militaire française et de l’OTAN. Partout sur la planète, ces interventions occidentales multiplient les violences et les crimes, détruisent des états indépendants, des services publics essentiels, au seul profit des multinationales dans ce capitalisme du chaos.

Les peuples ont besoin d’une grande mobilisation populaire contre la militarisation des relations entre les pays, pour le désarmement notamment nucléaire ,pour la paix et le droit des peuples à l’indépendance et la liberté.

Ces droits sont la condition du développement au service des peuples, du travail et de la nature.

Contre l’impérialisme, le colonialisme et la guerre

Vive la liberté des peuples,vive la paix !

Comme les années précédentes, la photo fraternelle autour de Michèle picard qui vient d’accueillir officiellement les ambassadeurs illustre cet internationalisme militant que la section PCF de Vénissieux cherche à retrouver, renforcer et construire

Et la disponibilité des partis et personnalités communistes ou progressistes, comme la participation aux différents débats, montrent que les communistes doivent annoncer franchement la couleur. C’est la section PCF de Vénissieux qui invite des communistes et progressistes, dans le respect des opinions et des expériences de chacun, mais sans se cacher derrière les mots à la mode ou des artifices médiatiques. Ce n’est pas "la gauche" qui unit les peuples, mais bien la fraternité, l’internationalisme, la franchise dans les discussions, à partir d’une certitude, ce sont les intérêts des peuples qui nous guident, prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Bien entendu, un travail est en cours pour un compte-rendu détaillé des rencontres, à partir de l’enregistrement complet des débats. Les interventions écrites seront publiées très rapidement, les débats demanderons un peu plus de temps... La vidéo des rencontres 2012 est disponible, et nous essaierons de produire aussi un film des rencontres 2013

Compte-rendu du déroulement des rencontres


La délégation chinoise était arrivé le Jeudi et a été reçue en mairie par le maire, Michèle Picard, avec un échange qui demandera des suites sur l’histoire de la ville de Vénissieux, et ce qui fait qu’un parti communiste dans une puissance capitaliste peut gérer une grande (pour la France !) commune depuis si longtemps. Un résumé de l’histoire de la ville est remis avec des livres aux invités qui remettent au maire une magnifique collection de timbres célébrant le 60ème anniversaire du bureau central de traduction.

Nous avons ensuite organisé une visite historique et architecturale de Lyon avec notre camarade Jacques Rey, architecte qui connait merveilleusement Lyon mais aussi la Chine. Cette rencontre et la soirée a été très appréciée et a permis une vraie relation de fraternité. Nos camarades chinois remercient particulièrement Jacques Rey pour la qualité de ses explications.

Syndicalistes Français et communistes chinois...

Le vendredi, une réunion de travail avec des syndicalistes d’entreprises de la région était organisée et a permis un échange sur le syndicalisme. L’objectif ambitieux était d’envisager sous quelles formes une coopération syndicale pouvait avoir lieu mais toute la discussion a porté sur l’histoire du syndicalisme chinois et la situation actuelle des luttes sociales en Chine. Ce débat nous aide à comprendre à quel point nous avons besoin de ces échanges d’abord pour se connaitre, pour comprendre les analyses et les positions de chacun, et ce travail est à faire.Pour l’essentiel, les médias construisent des représentation idéologiques au service des idées dominantes, il faut un énorme travail militant pour le retrouver le réel ! Plusieurs amis et camarades d’entreprises nous ont dit que cette rencontre leur posait problème. Comment un syndicaliste français peut-il discuter avec un représentant du parti communiste chinois, qui dirige l’état et donc les nombreuses entreprises publiques, dont certaines sont actionnaires dans nos entreprises ? C’est une vraie question, importante, mais nous avons besoin de construire une réponse qui nous aide à combattre l’idéologie de la concurrence, de la chine responsable des suppressions d’emploi, ce qui suppose de porter des propositions pour faire vivre de vraies coopérations mutuellement avantageuses. Et comment ne pas en discuter avec ce parti communiste chinois qui défend le principe du "gagnant-gagnant" dans les relations internationales ?

Expositions...

Puis nous avons inauguré les expositions du plasticien Ervé, représenté par notre camarade michel qui a présenté ces œuvres, un "état des lieux" de la planète dans de grandes fresques très colorées qui assemblent des faits d’actualité... la dernière,numéro 27, étant exposée pour la première fois

Nous avons présenté l’exposition de photos de notre camarade Blandine Chagnard, décédée en Juin à la fin de son voyage autour de la méditerranée. Nos amis palestiniens viennent de nous confirmer qu’ils allaient inaugurer un parc à son nom à Jénine la semaine prochaine. C’est bien sûr une grande émotion pour nous tous, mais nous savons qu’en plus d’être une militante exceptionnelle, Blandine avait un vrai regard de photographe, et qu’elle avait des milliers de photos magnifiques. Cette belle exposition de 8 photos choisies par sa fille Edith est sans doute un commencement.

paix et impérialismes avec les jeunes communistes

La soirée du vendredi était ensuite organisée par les jeunes communistes, avec un débat très actuel sur l’action pour la paix contre l’impérialisme.

Avec Salah Hamouri qui évoquera la situation du peuple palestinien dans ce moyen-orient soumis aux chaos par les puissances impérialistes et leurs alliés régionaux, et dont le droit à l’indépendance et la liberté reste la première condition d’une évolution positive de la région. Tant qu’Israel reste une puissance coloniale cherchant à imposer sa loi par la force à tous ses voisins, il ne peut y avoir de paix, car il ne peut y avoir de paix sans justice.

Le débat sur les conditions de la paix pour les peuples s’appuiera aussi sur le témoignage de Mehdi Araoui, un jeune représentant du PADS, le parti des communistes algériens qui rappellera les pressions sur l’Algérie pour aggraver encore le niveau d’exploitation des richesses naturelles, et de Azad Meral, représentant du centre culturel mésopotamien, qui évoquera la révolution dirigée par les communistes pour imposer avec le peuple kurde un régime pluri-ethnique et religieux dans le nord de la Syrie, révolution qui se heurte désormais militairement aux groupes rebelles islamistes.

De Allende à Chavez, avec trois ambassadeurs...

Après l’introduction de Serge Truscello qui présentait les rencontres et le programme de la journée, la matinée du samedi était consacrée à l’Amérique Latine et animée par notre camarade Laurent Brun, ancien responsable de la délégation des jeunes communistes au festival mondial de la jeunesse au Vénézuela...


La matinée du samedi a commencé par un hommage à Salvatore Allende lue par Tania Silva, fille d’une militante chilienne réfugiée en France, et écrit par Raoul Maldonna, chilien lui aussi installé en France, puis avec l’écoute de sa dernière émission de radiosous les bombes dans le palais présidentiel. Quand on voit le manque de courage de nos dirigeants politiques, tous prêts à se coucher devant les exigences du système, nous ne pouvons qu’éprouver le plus grand respect pour l’homme dont les derniers mots sont

Travailleurs de ma patrie ! J’ai confiance au Chili et à son destin. D’autres hommes dépasseront les temps obscurs et amers durant lesquels la trahison prétendra s’imposer. Allez de l’avant tout en sachant que bientôt s’ouvriront de grandes avenues sur lesquelles passeront des homme libres de construire une société meilleure. Vive le Chili ! Vive le peuple ! Vivent les travailleurs !

Ce sont mes dernières paroles.
J’ai la certitude que le sacrifice ne sera pas inutile.
Et que pour le moins il aura pour sanction morale :
La punition de la félonie, de la lâcheté et de la trahison.

Puis ce seront trois ambassadeurs qui évoqueront leur approche des coopérations entre les pays d’Amérique Latine. D’abord Jean Paul Guevara Avila, ambassadeur de la République de Bolivie, qui avait déja participé aux rencontres 2012 et qui rappellera la conception plurinationale de la Bolivie, symbolisée par un drapeau en damier multi-couleur, chaque carré ayant la même taille... Puis Hector Michel Mujica, ambassadeur de la République bolivarienne du Venezuela, dont c’était la première visite à Vénissieux, rappellera a quel point le Venezuela de 2013 n’a plus rienà voir avec celui que Chavez a trouvé en 1999, recul massif de la pauvreté, disparition de l’analphabétisme, droit à la santé, droit des travailleurs, et que c’est contre ces acquis historiques que les USA tentent de refaire le coup du Chili de 1973, en finançant des actions de destruction de l’économie, y compris des actions terroristes, pour déstabiliser le pouvoir de Maduro. La lutte sera vive, mais une des transformations profondes du Vénézuela est justement l’intervention démocratique populaire.

Enfin, Hector Igarza, le nouvel ambassadeur de Cuba en France,dont c’était le premier déplacement hors de Paris, évoquera lui aussi l’évènement considérable de la création de La Communauté d’états latino-américains et caribéens (Celac), qui permet à ce continent pour la première fois de travailler sans la tutelle des USA. Cette organisation de fait remplace l’OEA dont les USA excluait Cuba...et ce sont eux qui se retrouvent en dehors de la CELAC...

La discussion tournera entre autres sur cette organisation de l’ALBA et le "sucre", le Système Unitaire de Compensation Régional, qui est un outil monétaire commun aux pays de l’ALBA, outil qui évite toute guerre monétaire en donnant aux pouvoirs politiques le droit de décider des conditions d’échanges sans la tutelle des marchés. Loin d’être une monnaie unique comme l’euro au service au contraire de la domination et de la concurrence "libre", le sucre est un outil tourné vers la coopération contre la concurrence,sans doute une expérience intéressante pour les communistes Français...


Les débats se concluront par un hommage à Hugo Chavez, lu par Véronique Forestier,Vénissiane d’origine ayant longtemps vécu au Chili, adjointe au maire de Vénissieux, suivi d’une courte vidéo montrant Chavez chantant parmi son peuple, rien à voir avec un Giscard cherchant une légitimité médiatique en jouant de l’accordéon, mais au contraire, un président dans les masses "comme un poisson dans l’eau", aurait dit Mao...


C’est enfin Michèle picard qui concluait la matinéeen accueillant les ambassadeurs, avant d’inviter tous les participants à un verre de l’amitié...

A noter que c’était la première rencontre entre l’ambassadeur de Cuba et du Venezuela...

La chine, socialisme, capitalisme et mondialisation...

L’après-midi animée par Pierre-Alain Millet, était consacrée à la chine et demandait un réel effort d’écoute, compte tenu des nécessités de la traduction, expérience pas si facile dans une rencontre publique.

Mais plus de 150 personnes ont partagé ce moment inoubliable, aidé par un document de 24 pages contenant tous les textes transmis au préalable par nos camarades chinois, et par Jean-Claude Delaunay, économiste du PCF qui a joué un rôle clé pour l’organisation de cette rencontre.

PDF - 806.9 ko

Ce document, attaché à cet article, montre l’importance du travail de préparation entre la section de Vénissieux du PCF et le bureau central de compilation et de traduction (CCTB) du comité central du PCC

Le camarade Ma Jingpeng, secrétaire de la ligue de la jeunesse du CCTB, était le traducteur pour le camarade Jang Jinhai, secrétaire général du CCTB et responsable de la délégation qui présentera tout d’abord la situation de la chine et le choix des communistes chinois de faire appel aux investisseurs privés pour assurer le développement nécessaire à la "voie chinoise" au socialisme, puis le rôle de la chine dans la mondialisation. Le camarade Zhang Wencheng, de l’institut des recherches sur le socialisme dans le monde du CCTB, avait proposé le texte sur le syndicalisme présenté le vendredi, et a fait un énorme travail de prise de notes pendant toute la journée... Visiblement, la délégation était venue pour un vrai travail de connaissance des communistes Français

Évidemment, le temps a manqué pour les très nombreuses questions, mais le débat a montré a quel point nous avons besoin de cette relation fraternelle et studieuse. Ce qui peut surprendre certains et est très instructif pour tous, c’est que nos amis chinois prennent toutes les questions, connaissent les critiques sur la situation de la Chine, et pour certaines les partagent et expliquent comment le gouvernement chinois agit pour corriger les inégalités créées par le développement incroyablement rapide de cet immense pays, et pour d’autres, les considèrent comme une déformation de la réalité, par exemple sur le rôle de la chine en Afrique, qui est pour eux n’est pas du tout similaire à la colonisation occidentale,mais repose toujours, quand il s’agit d’entreprises publiques, sur le principe du gagant-gagnant.

En tout cas, il y a eu un vrai et grand débat et tous ceux qui y ont participé ont appris beaucoup. Ce débat appelle évidemment une suite. Bien sûr, il ne peut être porté par la seule section de Vénissieux et ce devrait être un travail de tout le PCF pour mieux comprendre ce "socialisme de marché" qui organise la vie d’un cinquième de la planète, dans une relation avec l’impérialisme très loin du "dépassement" que visait les communistes soviétiques.

Visiblement, l’expérience soviétique a marqué les communistes chinois, avec une perestroïka changeant de système politique en remettant en cause la direction du parti communiste, et ouvrant la voie au marché dans un état livré aux intérêts privés. Pour les communistes chinois, l’introduction du marché et des entreprises privées se fait au contraire dans le système politique sous contrôle du parti communiste, et les travailleurs chinois ne peuvent pas confondre leurs revendications sociales légitimes avec la question du pouvoir politique, puisqu’ils connaissent parfaitement ce capitalisme qui dénonce en Chine toute mesure sociale décidée par le gouvernement...

Pour la liberté des peuples et la paix !

La troisième partie des rencontres était un meeting de solidarité avec les peuples du moyen-orient, avec Walid Okais, représentant du parti communiste libanais, dont on connait le rôle pour exprimer avec les partis communistes et progressistes du Liban, de Syrie, de Turquie, d’Israel, de Palestine, de jordanie, le refus de la guerre et des interventions occidentales et pétrolières...

De multiples rencontres...

La journée a vu de multiples rencontres avec les auteurs, éditeurs, associations présents...

le plasticien Ervé et la délégation chinoise

l’association de solildarité avec le peuple saharoui

Les Fralib qui vendaient leur production de la SCOP, tout en prenant des contacts avec l’ambassadeur du Vénézuela pour connaitre les expériences de SCOP qui se sont développées dans ce pays,

Michel Ethievent, historien qui a popularisé le travail historique d’Ambroise Croizat pour la fondation de la Sécurité Sociale..

comme de très nombreux éditeurs qui exposaient des centaines de livres, dont le premier d’une série "parole commune" éditée par la passe du vent, de notre ami et camarade Thierry Renard, et dont le premier exemplaire reprend le travail fait par des communistes Vénissians sur le "silence des communistes"...

Fraternité et chansons

Et comme chaque année, les rencontres sont une occasion d’éprouver la grande fraternité qui peut unir les communistes au-delà des positions de chacun, des langues et des cultures d’origine..

Dalila Meziane, avocate algérienne etmembre du PADS chante avec Walid Okais des chansons d’amour du poète Mahmoud Darwich

Le resposnable de la délégation chinoise chante deschants révolutionnaires, et des chansons traditionnelles chinoises

Nos amies Isabelle Desmeros,au chant, et Aurélie Lombard, à l’accordéon, venues de Marseille pour un spectacle poétique et rythmique, et qui ont animé le repas de midi de chansons, avant de participer avec tous aux chants qui se sont succédés le soir...

Une organisation militante

Le travail de préparation et d’organisation de ces journées est important. Il faut dire que ce sont près de 20 communistes qui ont travaillé pour cette réussite, avec une mention spéciale pour le gros travail logistique le jour même.. ;

Reste à imaginer ce que pourront être les 7emes rencontres... on parle d’une journée centrée sur l’Afrique... avec de premiers contacts avec le parti communiste d’Afrique du Sud, mais aussi avec...Angela Davis... Nous sommes de plus en plus fous !

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation